« Khalifa a pris, je l’avais dit et je le répète »

Serigne Bassirou Guèye s’est déchargé sur les avocats du maire de Dakar. Hier lundi, 6e jour de procès, le procureur de la République a démonté, pièce par pièce, les exceptions soulevées par la défense. « J’avoue que j’ai souffert durant trois jours pendant lesquels, on a déconstruit le droit. Je vais, en quelques mots, vous dire les obstacles soulevés par la défense pour ne pas aller au fond. Je peux le faire en 10 mn mais aussi en une minute pour vous montrer que ces exceptions sont irrecevables », a adressé à la Cour Serigne Bassirou Guèye, rapporte L’Observateur.

« Khalifa Sall a pris, je l’ai dit, je le répète et je le confirme. Ma wakhone, wakhate té dinako wakhaat », a-t-il insisté, convaincu de la culpabilité du maire de Dakar.

Sur l’irrecevabilité des exceptions de la défense, il s’est montré intransigeant. « Convenons nous que dans ce tribunal, c’est le droit qui doit primer. Les exceptions sont irrecevables et la défense s’est beaucoup trompée. L’article 376 dit que les exceptions tirées des nullités doivent être avant forclusion », tranche-t-il. Mais, à l’en croire, la défense a touché le fond. « Me Amadou Aly Kane dit que vous êtes saisis de fonds politiques, c’est une erreur de gestion, alors vous n’êtes pas compétents. Si le tribunal était d’accord avec lui, alors on ne parlerai plus d’exceptions, mais ce sera la fin du procès », argumente-t-il. Il poursuit : « C’est une descente au fond. Me Khassimou Touré vous dit que le Conseil constitutionnel, saisi, se déclare incompétent. Ce n’est pas parce que cette juridiction s’est déclarée incompétente que vous le serez ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*