Kim Jong-un pourrait avoir des tunnels d’évasion vers la Chine

Suite à la montée de tension entre la Corée du Nord et les États-Unis, chaque pas de Kim Jong-un est étroitement surveillé. Le dictateur nord-coréen a récemment visité les régions septentrionales de son pays, situées tout près de la frontière chinoise. Cela a donné lieu à de nombreuses spéculations dans les médias sud-coréens qui suggèrent que Kim pourrait avoir construit secrètement des voies souterraines d’évasion vers la Chine.

Selon l’agence de presse officielle nord-coréenne KNCA, le 3 décembre, Kim Jong-un a inspecté l’usine de pneus d’Amnokgang dans la province du Chagang, fontralière avec la Chine. Au cours de sa visite, il a remercié les ouvriers pour avoir produit les pneus qui avaient été utilisés sur le véhicule transportant le missile balistique intercontinental Hwasong-15, récemment testé par la Corée du Nord.

Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un visite l’usine de pneus d’Amnokgang dans la province du Chagang, le 3 décembre 2017. (AFP / Getty Images)

Trois jours plus tard, le 6 décembre, Kim est revenu dans le nord du pays. Il a visité une nouvelle usine de production de fécule de pomme de terre dans le canton de Samjiyon, province du Ryanggang, également situé près de la frontière chinoise. Les photos fournies par l’agence de presse nord-coréenne montrent Kim, au visage rayonnant, face à un immense stock de pommes de terre.

Ces deux visites ont été rapidement commentées par les médias sud-coréens. Selon un article publié le 7 décembre par Chosun Ilbo, l’un des principaux journaux sud-coréens, l’apparition inhabituelle de Kim dans cette région, malgré la présence militaire américaine renforcée en Corée du Sud, laisse penser qu’il pourrait exister un échappatoire en cas d’attaque de frappe américaine sur la Corée du Nord. Le journal souligne qu’habituellement Kim n’apparaît pas en public lorsque les États-Unis effectuent des exercices militaires en Corée du Sud. Citant l’analyse provenant d’une source interne nord-coréenne, Chosun Ilbo laisse entendre que Kim pourrait avoir des tunnels d’évasion secrets vers la Chine, profondément enfouis sous les montagnes dans les régions de Chagang et Ryanggang.

La Corée du Sud et les États-Unis viennent de terminer des exercices militaires conjoints de cinq jours. D’après Reuters, ces manoeuvres annuelles, appelées Vigilant Ace, ont impliqué plus de 230 avions des deux pays, y compris les chasseurs furtifs F-22 Raptor et F-35.

Les avions de combat F-16 Fighting Falcon (à d.) et F-35A Lightning II à la base aérienne de Kunsan, Corée du Sud, le 3 décembre 2017. (Airman Colby L. Hardin / US Air Force via Getty Images)

L’intensification d’entraînement militaire a monté d’un cran le 6 décembre, lorsque les bombardiers stratégiques F-22 et B-1B Lancer ont effectué des bombardements simulés en Corée du Sud, selon l’agence de presse officielle sud-coréenne Yonhap News Agency. L’escalade des préparatifs militaires est apparu à la suite de l’essai du missile Hwasong-15 effectué par la Corée du Nord le 29 novembre.

Les responsables américains estiment que le développement du missile Hwasong-15, dont le régime nord-coréen affirme qu’il pourrait atteindre n’importe quel lieu des États-Unis, serait achevé à la fin de l’année.

Frank Fang

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*