La capitale privée d’eau depuis jeudi : Les Dakarois vivent le calvaire

eau-penurie_0002Certaines parties de la capitale souffrent depuis trois jours de manque d’eau. Les robinets ne donnent plus le liquide précieux ou très peu. Le chargé de communication de la Sde explique que leurs techniciens travaillent d’arrache-pied pour régler la situation  en liant ces désagréments à l’arrêt de l’usine de Keur Momar Sarr qui fournit 40% des besoins de la capitale.

Dakar a renoué avec le manque d’eau. Le décor est de nouveau marqué par des habitants de la capitale sénégalaise de tous âges, chargés de bidons, seaux, bassines ou tout autre récipient, déambulant dans les rues à la recherche du liquide précieux. Sous la chaleur torride, il arrive que l’on sillonne plusieurs quartiers pour espérer trouver quelques litres d’eau pour satisfaire les besoins les plus pressants. Les désagréments ne sont pas ressentis de la même manière.

Cela va de la baisse de pression au manque total d’eau. Les zones de Ouest-Foire, Nord-Foire, Sicap, Yoff, Maristes et Médina sont les plus touchées. Des camions citernes ont été d’ailleurs mobilisés pour soulager un peu ces populations.

D’après le chargé de communication de la Sénégalaise des Eaux (Sde), tout devrait revenir à la normale dans la journée d’aujourd’hui. Cheikh Tidiane Fall explique les raisons de la perturbation dans la distribution de l’eau par l’arrêt de l’usine de Keur Momar Sarr qui fournit 40% des besoins de la capitale. Une grosse fuite sur la principale conduite de l’usine qui fournit 130 000 des 320 000 m3 distribués quotidiennement dans la ville. Et les techniciens de la Sde sont à pied d’œuvre pour la réparer, depuis jeudi.

«Avec cette grosse fuite, il a fallu arrêter l’usine depuis hier matin (jeudi, Ndlr), pour la réparation. Des équipes ont été acheminées sur place avec des engins lourds parce que c’est à 250 kilomètres de Dakar», explique M. Fall.

Les réparations prennent un peu plus de temps que prévu. Après diagnostic, ils se sont rendu compte qu’une bonne partie de la conduite devait être réparée, explique Cheikh Tidiane Fall. «Ces équipes ont été renforcées aujourd’hui (hier, Ndlr) parce qu’on s’est rendu compte qu’il faut remplacer une bonne partie de la conduite. Nous pensons que cela devrait se terminer dans la nuit de vendredi à samedi.

Et à partir de demain, ça devrait pouvoir revenir à la normale progressivement», rassure-t-il. Il faudra tout de même faire preuve de patience, le retour à la normale se fera progressivement, prévient-il. Cette information de M. Fall a été relativisée dans la nuit d’hier par un communiqué lu à la radio. Celui-ci annoncait un retour à la normale au plus tôt le dimanche. 24 heures de calvaire encore.

agueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*