La Chambre d’accusation accède à sa requête : Luc Nicolaï sniffe la liberté provisoire

Luc Nicolaï sniffe la liberté provisoireLa Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar, saisie en appel par les avocats de Luc Nicolaï, a rendu hier une ordonnance de mise en liberté provisoire, pour le promoteur de lutte mbourois.

Toutefois, la décision est assortie d’un contrôle judiciaire, notamment l’interdiction de sortie du territoire national, sans l’autorisation de l’autorité judiciaire.

La Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar a enfin accordé hier la liberté provisoire au promoteur de lutte avec frappe, Luc Nicolaï.

Et cela après le rejet de la demande introduite par les avocats du promoteur mbourois, devant le Doyen des juges du premier Cabinet d’instruction, Mahawa Sémou Diouf.

A noter que le Parquet général s’était opposé à la liberté provisoire de Luc Nicolaï, craignant des risques de trouble à l’ordre public. Mais le fait que Luc Nicolaï présente, apprend-on, toutes les garanties de représentativité est l’une des motivations de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel.

Toutefois, la décision est assortie d’un contrôle judiciaire. Les avocats du promoteur de lutte avec frappe ont été informés des mesures d’interdiction prises à l’encontre de leur client.

Une source proche du dossier indique qu’il est «interdit à Luc Nicolaï de sortir du territoire national sans l’autorisation de l’autorité judiciaire compétente». Après cette décision rendue par la juridiction d’appel, les avocats de Luc ont prévu de se réunir «dans les plus brefs délais», pour discuter de la démarche à prendre, notamment en ce qui concerne la suite du dossier.

En attendant, Me Bamba Cissé, un des conseils de Luc Nicolaï et ses collègues de la défense se disent satisfaits de cette mesure.

«Nous saluons au passage la décision de justice rendue en faveur de notre client. Cette mesure de la Chambre d’accusation atteste de l’indépendance de notre justice», s’est-il réjoui. Me Cissé est d’avis que la bataille finale demeure le non-lieu total. «Nous allons tout faire pour obtenir un non-lieu», projette l’avocat du promoteur de lutte. «Il faudra d’abord que l’on discute sur les démarches à adopter, avant de déposer une demande de non-lieu», confie Me Cissé.

Luc Nicolaï hume désormais l’air de la liberté, au même titre que Bertrand Touly, mis en liberté provisoire. Après le transfèrement du dossier du juge d’instruction près le Tribunal régional de Thiès vers le Doyen des juges d’instruction, ses avocats avaient introduit une demande de mise en liberté provisoire sur la table de Mahawa Sémou Diouf, qui avait hérité du dossier. Mais la demande avait été rejetée. Après quoi, les conseils du promoteur mbourois avaient fait appel devant la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar.

Luc Nicolaï est poursuivi d’association de malfaiteurs, de complicité de tentative d’extorsion de fonds, d’entrave à l’exercice de la justice et d’importation de drogue. Le promoteur de lutte est accusé d’avoir, de concert avec les douaniers, Abdou Khadre Kébé et Pape Massiré Kébé, ainsi que les employés de l’hôtel Lamantin Beach, Djibrine Diop et Mamadou Lamine Mbaye, introduit de la drogue dans le bureau de Bertrand Touly, propriétaire du Lamantin Beach Hôtel.

Écrit par Cheikh Bamba DIAGNE    cbdiagne@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*