La Chine ne lâchera pas la Corée du Nord

La Chine ne semble pas prête à tourner le dos à la Corée du Nord, un pays sur laquelle, les pressions n’ont l’air d’avoir aucun effet.

Le président américain et son homologue chinois Xi Jinping.(Archives)

Le président américain et son homologue chinois Xi Jinping.(Archives)

Selon le quotidien Rai al-Youm, la persévérance et la puissance des chefs de l’axe de la Résistance est comparable à celles du dirigeant nord-coréen ; Trump n’a donc aucun intérêt à continuer à mettre la pression sur Pyongyang.

En tournée asiatique, le président américain a rencontré ses homologues en Asie de l’Est, dont les dirigeants sud-coréen et japonais. Ce voyage est largement sous le signe du dossier nord-coréen ; un petit pays qui fait peur à plus d’un.

La Corée du Nord ne hisse pas le drapeau blanc

Trump ne cesse de menacer et de pousser la Chine à mettre la pression sur Pyongyang afin qu’il mette fin à ses activités balistiques et nucléaires. Mais la Chine ne semble pas prête à tourner le dos à ce pays qui de son côté ne jettera pas l’éponge.

Les allégations de Trump, encourage Kim Jong-un

Les accusations de Trump contre la Corée du Nord de « grande dictature » encouragent de plus en plus et renforcent le dirigeant nord-coréen dans ses décisions.

Trump menace la Corée du Nord

En visite en Corée du Sud, Trump a prétendu être escorté par trois porte-avions US soutenus par des sous-marins atomiques dans les eaux régionales de la Corée. Il a exprimé son optimisme quant au lancement des négociations avec Pyongyang. Trump a ajouté qu’il est pour l’instauration de la paix, mais a également mis en garde le dirigeant nord-coréen : « Ne nous sous-estimez pas, et ne nous testez pas, le gouvernement américain a changé. »

Vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, c’est ainsi que l’on pourrait exprimer l’approche de Trump envers la Corée du Nord.

En effet le président américain ne cesse de menacer la Corée du Nord depuis 6 mois, alors que pendant ce temps, il émet des propositions pour que Pyongyang se rétracte, mais en vain.

La Corée du Nord a défié les USA en réussissant plusieurs tests de missiles balistiques. Elle a procédé avec succès au tir d’un missile balistique intercontinental, capable de porter une grosse tête nucléaire. Existe-t-il un danger pareil pour les USA ?

Trump tente de provoquer le Japon et la Corée du Sud, en les submergeant dans une course aux armements. Un piège dans lequel sont déjà tombés l’Arabie saoudite et les pays de golfe Persique.

Bien que Trump soit en tournée asiatique, il garde un œil sur le Moyen-Orient. Il le sait bien : contrairement à l’Iran, au Hezbollah, à la Syrie et à l’Irak, la Corée du Nord ne constitue pas une menace pour Israël. C’est pourquoi il se contente de menacer la Corée du Nord, alors que dans le cas du Moyen-Orient, il cherche à former une nouvelle coalition afin de déclencher une guerre au Liban, au Yémen et même en Iran. Une guerre qui serait financée dans un premier temps par les pays du golfe Persique.

Trump a raison quand il dit qu’il est différent de ses prédécesseurs. Il est beaucoup moins posé et plus borné que les derniers présidents américains. L’axe de la Résistance n’est plus celui d’il y a 20 ans. Elle détient de grandes armées telles que les forces iraniennes, turques, syriennes et irakiennes. Les dirigeants de ces gouvernements ne sont pas prêts à jeter les armes tout comme Kim Jong-un.

L’article de Rai al-Youm termine son analyse en ces termes :

« Nous proposons à Trump de ne pas défier l’axe de la Résistance ainsi que Pyongyang et ne plus suivre les conseils de son gendre et de Netanyahu. S’il poursuit sa politique actuelle, cela entraînera des conséquences catastrophiques : des conséquences dans lesquelles, les USA et ses alliés ne seront pas épargnés. »

source:http://www.presstv.com/DetailFr/2017/11/09/541542/La-Core-du-Nord-ne-jette-pas-lponge

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*