La justice sénégalaise est devenue le bras armé politique du régime de Macky Sall, dénoncent les femmes du PDS

Aida NdiongueLors de leur grand  rassemblement pour soutenir (leur) sœur Aïda Ndiongue condamnée par la Cour suprême à un an de prison ferme et la confiscation de tous ses biens, le député Wore Sarr, Secrétaire nationale chargée des femmes du PDS (Parti Démocratique Sénégalais), a exigé sans condition ni délai, au nom de toutes les femmes du parti, ‘’l’annulation immédiate de la décision illégale et dangereuse pour la démocratie de la Cour Suprême’’.

Les femmes des départements de Dakar, Pikine, Rufisque et Guédiawaye ont pris part à ce grand rassemblement à la permanence nationale du PDS, criant les slogans ‘’ rendez à Aida Ndiongue ses biens’’, ‘’non à la persécution, non à l’acharnement’’, ‘’non au hold-up déguisé’’, ‘’unies pour soutenir Aida Ndiongue’’ etc.

Woré Sarr a annoncé qu’il y aura de grandes manifestations si la justice ne revient pas à la condamnation d’Aida Ndiongue à un an de prison ferme et la confiscation de tous ses biens.

Elle a promis de saisir les guides religieux et les leaders d’opinion pour intervenir dans cette affaire.

Dans leur déclaration lue par Fama Mbaye, membre du secrétariat national du PDS et assistante en communication de Woré Sarr, les femmes du PDS fustigent ‘’le fait que la justice  soit devenue le bras armé politique du régime’’. Selon les femmes du PDS, ‘’la cour Suprême a outrepassé ses pouvoirs et prérogatives en se prononçant sur le fond’’ de cette affaire.

Le secrétariat national des femmes du PDS exige ‘’la main levée immédiate sur tous les biens de Aida Ndiongue et ‘’l’annulation immédiate de la décision illégale et dangereuse pour la démocratie de la Cour Suprême’’.

Les femmes du parti appellent la société civile, les associations de juristes et celles qui œuvrent pour le respect des droits de l’Homme, à la mobilisation pour dire ‘’non à cet acharnement inqualifiable sur une honnête citoyenne qui a passé toute sa vie à travailler et qui a tout gagné à la sueur de son front’’.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*