La libération d’Idlib a commencé hier matin à 3h GMT

Par Joaquin Flores

La libération d’Idlib des mains des terroristes soutenus par les Etats-Unis a maintenant commencé. Après des semaines de préparation, sur les fronts tactique, stratégique, guerre de l’information et diplomatique, les forces aériennes russes et syriennes ont effectué leurs premières sorties, avec des bombardiers et des avions d’assaut attaquant des positions de terroristes entre Hama et Idlib. Jusqu’à présent, plus de 70 frappes aériennes, rien que pour ces dernières heures, ont été enregistrées au-dessus de plusieurs sites djihadistes dans le nord-ouest de la Syrie.

Auparavant, le gouvernement syrien avait confirmé que les forces aériennes russes et syriennes avaient lancé avec succès plus de 100 frappes aériennes depuis hier, affaiblissant des cibles périphériques et rendant impossible toute possibilité de percée, contre-attaque ou autre manœuvre de la part des terroristes.

Il est prévu que, à moins d’une contre-attaque majeure des États-Unis visant à protéger leurs propres actifs, les forces syriennes et russes bombarderont lourdement des cibles spécifiques toute la nuit jusqu’au petit matin du 9 septembre.

La SAA et les forces alliées se sont préparées simultanément à l’assaut terrestre qui débutera probablement demain. Les agents des services de renseignement syriens et iraniens à l’intérieur d’Idlib avaient réussi, au cours des dernières semaines, à documenter et à noter l’emplacement des cibles où les terroristes avaient établi leurs QG, ce qui avait été un succès. L’un d’entre eux, un ancien hôpital, qui servait de base d’opérations à des groupes terroristes, a heureusement été enregistré sur vidéo et présenté à la communauté internationale par les canaux de la guerre d’information.

Au cours des semaines précédentes, les Etats-Unis et la Russie ont envoyé de gigantesques flottes navales en Méditerranée, afin de se dissuader mutuellement de tout succès dans cette entreprise. Cependant, compte tenu des résultats des efforts diplomatiques, en particulier des événements à l’ONU, il est devenu évident que le plan des Etats-Unis basé sur l’utilisation d’un faux drapeau ou un canular comme prétexte pour attaquer la Syrie avec un mandat des Nations Unies (des déclarations de l’envoyé des Nations Unies en Syrie, sachant qu’il n’y aurait jamais résolution du CSNU en ce sens).

Après avoir obtenu une coalition internationale pour soutenir la libération finale d’Idlib, et après s’être battue avec un certain succès à l’ONU pour empêcher tout préjugé selon lequel seule la Syrie pourrait réussir une attaque chimique, la Syrie s’est engagée à  » libérer  » Idlib.

Selon Jaafari,  » ceux qui ont facilité l’entrée de combattants terroristes étrangers dans mon pays, en particulier le gouvernement turc, ont encore une chance de les faire sortir de la province d’Idlib « .

Avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France qui auraient tous fait les derniers préparatifs le 8 septembre pour lancer une offensive majeure contre la Syrie et menacer de recourir à la force à une échelle bien supérieure à celle de l’attaque menée en avril 2018, la Russie a notamment réagi en déplaçant des moyens navals en Méditerranée et en déployant ses navires de guerre en position défensive pour prévenir une éventuelle seconde attaque occidentale.

Les médias russes ont déclaré officiellement qu’ils s’attendaient à ce qu’un faux drapeau ou une fausse attaque aux armes chimiques ait lieu à Idlib, allant même jusqu’à nommer la date du 8 septembre, sous la direction des Etats-Unis et du MI6, pour en faire le prétexte pour mener une attaque militaire contre la Syrie. Jusqu’à présent, cela ne s’est pas concrétisé.

Alors que la Russie a déjà toléré des interventions occidentales à petite échelle contre Damas, à savoir des frappes de missiles symboliques lancées avec un avertissement préalable et avec une coordination apparente avec la Syrie et la Russie, qui étaient en outre atténuées par ses propres défenses aériennes, une frappe plus importante qui pourrait avoir un impact significatif sur le résultat de la guerre – à un moment où les forces de Damas et celles de ses alliés pourraient bien préparer une offensive terrestre majeure contre la province djihadiste de Idlib – traverserait une ligne rouge qui aboutirait à une intervention russe aux côtés de ses alliés du Moyen Orient. Pour pouvoir dissuader une attaque occidentale, la Russie devra cependant démontrer qu’elle a une chance crédible de protéger la Syrie contre la puissance de feu combinée de ses adversaires malgré la taille beaucoup plus réduite de ses forces dans le pays – qui fait pâle figure face aux forces militaires occidentales massives déployées au Moyen-Orient avec les groupes américains et probablement français de chasseurs qui pourraient participer à une attaque.

Alors que les États-Unis s’apprêtent à faire dérailler la destruction finale d’Al-Qaïda et de Daech en Syrie, dans l’espoir d’en finir avec la libération d’Idlib, le Conseil de l’Atlantique – l’aile médias de l’OTAN – a donné pour instruction à YouTube de fermer les chaînes d’information des agences syriennes.

Il y a deux jours, les dirigeants russes, turcs et iraniens se sont rencontrés pour discuter d’un accord visant à ce que cette opération se déroule avec le moins de problèmes possible. « Damas a tout à fait le droit de reprendre tout son territoire « , a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors d’un sommet qui s’est tenu le vendredi 7 septembre et qui a décidé des relations de ces pays avec le gouvernement syrien lors de l’opération contre la dernière grande place forte du terrorisme, Idlib.

« Le gouvernement légitime syrien a le droit et doit de toute façon reprendre le contrôle de tous ses territoires nationaux », a dit M. Poutine à Hassan Rouhani et au dirigeant turc Recep Tayyip Erdogan, au sommet de l’Iran.

Le dirigeant russe a déclaré qu’il était important de commencer à travailler à un règlement politique en Syrie  » dès que possible  » et a exhorté l’Iran et la Turquie à intensifier leur coordination entre leurs ministères des affaires étrangères et de la défense et les services de sécurité avec la Russie. Aujourd’hui, le monde attend avec impatience de savoir si les États-Unis vont travailler avec le Royaume-Uni comme prévu pour mener une  » attaque chimique  » sous un faux drapeau ou sous forme de hoax, une attaque dont les responsables américains ont déjà annoncé à l’avance qu’ils en rendraient le gouvernement Syrien responsable.

Poutine a dit que les « éléments terroristes » ont continué à « mettre en scène des provocations » et à utiliser des drones dans Idlib. « Nous ne pouvons l’ignorer « , a déclaré le président russe. « Nous devrions résoudre ce problème ensemble. »

Les trois dirigeants ont déterminé l’avenir d’Idlib au milieu des craintes croissantes d’une catastrophe humanitaire. Les trois pays sont les garants du processus d’Astana, une série de pourparlers lancés après l’intervention militaire révolutionnaire de la Russie en 2015, qui a éclipsé les négociations de Genève, menées par les Nations Unies et soutenues par l’Occident, qui avaient échoué.

Le seul véritable problème prévisible à présent est que les Etats-Unis trouvent un prétexte de dernière minute pour mettre un terme à cette dernière opération. Alors que les États-Unis semblent avoir épuisé toutes les options, le désespoir peut conduire à une décision irréfléchie. Il a déjà été signalé que les Etats-Unis avaient demandé l’aide de la Turquie pour évacuer quelque 200 militaires américains et britanniques qui se trouvaient à Idlib.

Pour faire clairement le point ici, il est généralement et publiquement compris depuis un certain temps que les États-Unis et leur coalition soutiennent activement les efforts de Daech et d’al-Qaïda en Syrie. Cela malgré le fait que l’intervention des États-Unis dans le pays était initialement motivée par la lutte contre l’Etat Islamique et Al-Qaïda, même si l’intervention a commencé sans le consentement du gouvernement syrien, constituant en fait une invasion contre la souveraineté de l’Etat et du peuple syriens.

 Source : https://www.fort-russ.com/2018/09/breaking-liberation-of-idlib-has-begun/

Traduction Avic – Réseau International

In the Spotlight

Les gros porteurs en grève à partir de ce lundi

by Babacar Diop in SOCIETE / FAITS DIVERS 0

Les gros porteurs entament à partir de ce lundi une grève sur toute l’étendue du territoire national. Gora Khouma et ses camarades fustigent ainsi la reculade de l’Etat du Sénégal dans l’application du règlement 14 de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*