La Mecque: la folie des « selfies » saisit les pèlerins

MECQUES SELFIELa mode des selfies, qui fait rage sur les réseaux sociaux, n’épargne par le grand pèlerinage annuel de La Mecque, en Arabie saoudite. 1,4 million de musulmans sont attendus pendant cinq jours.

Ce pèlerinage est composé de plusieurs rituels, avec un petit nouveau cette année… le selfie. Histoire de partager son expérience ou de garder des souvenirs du lieu. 

« Je fais un selfie avec la Kaaba [monument cubique situé au coeur de la grande mosquée de La Mecque, recouvert d’un tissu noir] en arrière-plan pour le diffuser sur mon profil Facebook afin que ma famille et mes amis puissent me voir« , explique Mehmet Dawoud, un étudiant turc, à l’agence Reuters. 

– #Hajjselfie –

Deux femmes en abaya, ample robe noire couvrant tout le corps, s’apprêtent elles aussi à effectuer le rituel de lapidation au lendemain de la célébration de l’Aïd al-Adha, la fête du sacrifice. Mais, avant, elles s’arrêtent brièvement pour un rapide autoportrait.

« Ma fille et moi, nous prenons des selfies pour envoyer nos images aux membres de notre famille à Paris« , témoigne la mère, Oum Abdallah, une Saoudienne de 44 ans de Jeddah (ouest).

Wafa Ahmed, sa fille de 19 ans, avoue « aimer prendre des selfies » partout où elle va pour les montrer à ses amis et les garder pour elle. Mais ce phénomène ne va pas sans susciter l’incompréhension ou l’hostilité de fidèles conservateurs qui les expriment notamment en utilisant le hashtag #Hajjselfie sur Twitter.

« Quand il a effectué la Omra (petit pèlerinage) au milieu des années 1990, mon père a failli se faire confisquer sa caméra aux cris « haram » (illicite), alors que maintenant tout le monde fait des selfies » avec son téléphone portable, s’étonne un fidèle.

« Le Hajj est un dépassement de soi. Les selfies n’apportent rien« , dit un autre. Interrogé par l’AFP, un professeur de théologie à Ryad ne voit « pas de problème si les photos sont destinées à l’usage personnel et non à une large diffusion ».

« Si l’objectif est de se glorifier, elles sont illicites, notamment celles prises pendant les rituels du hajj« , précise-t-il cependant. Pour cela, « il vaut mieux que les musulmans les évitent« , conclut ce religieux sous couvert d’anonymat.

L’adolescente saoudienne Wafaa Ahmed avoue ne pas être convaincue par cette consigne car « prendre des selfies n’a rien à voir avec la religion ». Des pèlerins plus âgés, comme Mohammed Ali, partagent son scepticisme. Les appareils photo sont des « outils, tout comme les téléphones mobiles que les religieux n’ont pas interdit et qu’ils utilisent eux-mêmes ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*