La petite teigne de Sarkozy tient bon la barre

Il n’a rien à voir avec tout ça, c’est un ange, un gentil mafieux, un saint…

Sarkozy dénonce aux juges une «calomnie» et l’absence de «preuve matérielle»

Sa garde à vue terminée, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens.

À l’issue de sa garde à vue le 21 mars, l’ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy a été mis en examen, selon les informations du Monde.

D’après ce média, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour les chefs d’accusation de corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de fonds publics libyens. L’ex-chef de l’État a également été placé sous contrôle judiciaire.

Nicolas Sarkozy «nie les faits qui lui sont reprochés», a indiqué une source judiciaire à Franceinfo.

Saïf al-Islam, le deuxième fils du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, a annoncé être prêt à témoigner contre Nicolas Sarkozy, selon Middle East Monitor.

Nicolas Sarkozy a été placé le 20 mars en garde à vue dans les locaux de l’office anticorruption (Oclciff) à Nanterre (Hauts-de-Seine), dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen de la campagne présidentielle de 2007. C’était la première fois que l’ancien chef de l’État était entendu dans le cadre de cette affaire depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013.

L’ex-Président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a toujours formellement démenti les faits allégués, notamment par le franco-libanais Ziad Takieddine.

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*