La rue commente les mesures visant la hiérarchie policière

Les mesures visant la hiérarchie de la police à la suite des accusations de trafic contre l’ex-Directeur général de la police nationale (DGPN) Abdoulaye Niang sont largement commentées dans les rues de Dakar, où un reporter de l’APS a réalisé un micro-trottoir.BOL baa bradaba douche baa

Une affaire de trafic de drogue secoue la haute hiérarchie de la police sénégalaise. Elle est partie d’un rapport rendu public il y a quelques jours par le journal Le Quotidien, qui a fait état de l’implication présumée dans une affaire de trafic de drogue de l’ex-DGPN, le commissaire Abdoulaye Niang.

M. Niang est accusé dans un rapport préparé par l’ancien directeur de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), le commissaire Cheikhna Keïta.

Sur la base de ces informations de presse, les autorités ont demandé l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités des personnes concernées. Le conseil des ministres réuni jeudi a relevé le commissaire Abdoulaye Niang de son poste, en guise de “mesure conservatoire”. Il a été remplacé par Anna Sémou Faye.

Demba Baldé, l’un des interviewés par l’APS au hasard des rues, trouve que “c’est tout à fait normal de limoger le commissaire Niang”.

Un homme, sous couvert de l’anonymat, pense que la responsabilité du gouvernement était engagée après les accusations de trafic de drogue [visant] le DGPN. “Un gouvernement doit être responsable”, dit-il, qualifiant de “très sage” le limogeage du DGPN.

“Je suis pour ce limogeage s’il doit servir à mieux conduire des enquêtes judiciaires. Si tel n’est pas le cas, je le rejette”, commente Serigne Diouf, qui défend la présomption d’innocence du commissaire Niang : “On n’a pas les preuves des accusations faites contre lui.”

Aminata Ndiaye pense que “l’Etat doit mener une enquête objective” et, en attendant, “démettre de leurs fonctions tous ceux qui sont cités dans cette affaire”.

La nomination d’une femme à la Direction générale de la police nationale est aussi l’objet de nombreux commentaires, dans la rue.

“Elle (Anna Sémou Faye) a les diplômes pour manager la police. On dit qu’elle a fait plus de 20 ans de service”, affirme Demba Baldé.

“Les femmes et les hommes ont reçu la même formation. Et avec elles, il y a beaucoup plus de sérieux qu’avec les hommes”, commente Serigne Diouf.

Selon le porte-parole du gouvernement, Abdoul Latif Coulibaly, un rapport de l’Inspection générale des services de sécurité sur les accusations visant le commissaire Niang a été présenté au conseil des ministres.

”Ce rapport a établi un certain nombre de fautes qui ont été constatées en particulier contre le commissaire Cheikh Keïta, et des mesures disciplinaires très fortes devront être prises à son égard et de toutes les personnes qui sont impliquées dans ce dossier d’une manière ou d’une autre”, a dit M. Coulibaly lors d’une conférence de presse, après la réunion du conseil des ministres.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*