La Suisse a déjà épuisé ses ressources annuelles en ce 18 avril

STOCKAGELa Suisse importe beaucoup de fruits et légumes de l’étranger. [Gaetan Bally – Keystone]
A compter du 18 avril, la Suisse est officiellement ruinée, selon le WWF. Les Helvètes ont en effet consommé toutes les ressources mises à disposition par la nature et qui devraient en principe lui suffire pour toute l’année.

“Ruptures de stocks! Les épiceries sont vides, plus une goutte ne sort des pompes à essence et les journaux ne peuvent plus être imprimés jusqu’à la fin de l’année”: c’est par ces mots alarmistes que le WWF annonce dans un communiqué que la Suisse a épuisé toutes ses ressources après moins de quatre mois.

A partir du 18 avril, la Suisse vit sur le dos des autres pays et des générations futures. Si tous les humains vivaient comme en Suisse, il faudrait 3,3 planètes pour renouveler tout ce que la nature procure.

En août au niveau mondial

Le WWF détaille aussi les secteurs qui pèsent le plus sur cette consommation gloutonne: la consommation générale (31%), l’alimentation (28%), l’habitat (19%) et la mobilité individuelle (12%).

A noter que le “World Overshoot Day”, le jour où la population mondiale a consommé toutes les ressources à sa disposition, tombe beaucoup plus tard, le 13 août en 2015, même si la date avance peu à peu (voir ci-dessous).

La carte de l’empreinte écologique mondiale.
La carte de l'empreinte écologique mondiale.

boi

Un calculateur d’empreinte

Les bases pour le calcul du “World Overshoot Day” suisse proviennent du “Global Footprint Network”, une organisation partenaire du WWF.

Dans son communiqué, le WWF en profite pour répéter que chacun à sa manière peut réduire son empreinte écologique. Et de renvoyer sur son calculateur d’empreinte pour se faire une meilleure idée: wwf.ch/footprint.

Toujours plus tôt

Au niveau mondial, le “jour du dépassement” ne cesse d’intervenir de plus en plus tôt dans l’année. Il était tombé le 21 octobre en 1993, le 22 septembre en 2003, le 20 août en 2013 et le 13 août en 2015.

Au niveau mondial, il faut 1,5 planète pour couvrir les besoins, contre 3,3 pour la Suisse.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*