L’affaire « Panama Papers » relance le procès Karim Wade : L’Etat durcit les règles

macky-karim-procèsHier, les pandores ont cueilli Ibrahim Abou Khalil dit Bibo Bourgi et Alioune samba Diassé tous deux coaccusés de Karim Wade qui ont été condamnés et libérés par la suite pour des raisons de santé.
Pourquoi ce revirement à 360° ? Que s’est-il passé soudainement pour que les limiers de la section de recherches de la gendarmerie de Colobane se lancent aux trousses des deux complices de Karim Wade qui sont pourtant malades ?
Selon leurs avocats respectifs contactés par la rédaction, « ces arrestations sont incompréhensibles vu que les personnes interpellées sont toujours malades. »
Bibo Bourgi poursuit son traitement mais il est visiblement affaibli. Et « Alioune Samba Diassé se déplace toujours difficilement et se rend régulièrement à l’hôpital au moins une fois par semaine » nous dit un de ses proches.
L’affaire panama papers…
Serait-ce cette affaire qui a déclenché le processus d’arrestation de ces deux personnes ? Tout porte à le croire puisque moins de 48 heures après les révélations faites sur des présumés milliards dans les paradis fiscaux appartenant à Pape Mamadou Pouye, lui aussi coaccusés de Karim Wade et condamné, la justice a déroulé le tapis roulant vers Rebeuss pour Bibo Bourgi et Alioune Samba Diassé.
L’Etat veut-il refaire un second procès Karim Wade ? Rien n’est exclu
Rappelons que le président de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Henri Grégoire Diop, avait rendu le lundi 23 mars 2015, un jugement contre Karim Wade et ses neuf co-prévenus – dont quatre se trouvent hors du Sénégal. Le fils de l’ancien président a écopé d’une peine de six ans de prison ferme, et d’une amende de 138 milliards de francs CFA.
Ibrahim Abou Khalil (alias Bibo Bourgi), considéré comme le principal « homme de paille » de l’ancien ministre du Ciel et de la Terre, est quant à lui été condamné à cinq ans de prison ferme et 138,239 milliard d’amende.
Les complices ont écopé de cinq à dix années de prison, assorties d’amendes, mais sans peine de privation des droits civiques. Mamadou Pouye et Alioune Samba Diassé ont pris chacun cinq ans de prison ferme et 69,119 milliards de francs CFA d’amende. Pierre Goudjo de Agboba et Mbaye Ndiaye ont quant à eux été relaxés.
Les absents, Karim Abou Khalil, Vieux Aidara, Evelyne Riout Delattre et Mballo Thiam (tous hors du Sénégal), étaient tous mis sous le coup d’un mandat d’arrêt international et écopaient de la peine maximale, dix ans de prison ferme.
Penda Sow pour xibaaru.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*