L’ancien président du Nigeria, Obasanjo, appelle Buhari à « démissionner »

M. Obsanjo appelle M. Buhari à ne pas chercher un second mandat, mais de plus en plus de voix s’élèvent pour apporter leur soutien à une future candidature du chef de l’Etat en 2019.

L’ancien président du Nigeria, Olusegun Obasanjo, recommande à Muhammadu Buhari de ne pas se présenter pour un second mandat en 2019.

Dans une tribune publiée par plusieurs journaux nigérians, M. Obasanjo a estimé que le mandat de l’actuel président du Nigeria a été marqué par de « pauvres performances ».

« Pauvreté, insécurité, mauvaise gestion économique, népotisme » et d’autres manquements ont dominé la présidence de Muhammadu Buhari qui, selon son lointain prédécesseur, doit « se reposer » à la fin de son mandat en cours.

Olusegun Obasanjo, qui a dirigé le Nigeria de 1976 à 1979, puis de 1999 à 2007, conserve encore un poids important dans la scène politique locale.

« J’ai voté pour lui », a-t-il rappelé, évoquant la « faible connaissance » de M. Buhari pour les questions économiques.

Muhammadu Buhari a passé en 2017 un séjour médical de trois mois à Londres.

« Je pensais qu’il ferait appel à des Nigérians qui pourraient l’aider (…) car l’économie n’obéit pas aux ordres militaires », a argué M. Obasanjo, faisant allusion à la réputation intransigeante de M. Buhari, un ancien général comme lui-même.

Cette prise de position survient au moment où de plus en plus de voix s’élèvent pour apporter leur soutien à une future candidature du chef de l’Etat en 2019.

Le Nigeria a connu en 2016 la pire récession économique de son histoire moderne. Il a perdu sa place de première économie d’Afrique.

Agé de 75 ans, Muhammadu Buhari a passé en 2017 trois mois à Londres, où il se faisait soigner d’une maladie non dévoilée. Il a été élu en mai 2015.

Par Africa24monde Avec BBCAfrique

In the Spotlight

Affaire Khashoggi : Riyad accusé et acculé

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La police turque a pu pénétrer dans le consulat saoudien à Istanbul, dans la nuit de lundi à mardi pour procéder à des fouilles. Photo Bulent Kilic. AFP Après avoir nié l’évidence, l’Arabie Saoudite semble [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*