February 21, 2018

L'astronaute anglais Tim Peake a couru le marathon de Londres dans l'espace

MARATHON ENGLANDL’astronaute anglais Tim Peake a couru le marathon de Londres sur un tapis de course dans la station spatiale internationale, le dimanche 24 avril 2016.
ASSOCIATED PRESS / EUROPEAN SPACE AGENCY

Parmi les 40 000 participants du marathon de Londres dimanche, il y avait un extra-terrestre. L’astronaute britannique Tim Peake a terminé la course dans l’espace, sur un tapis de course de la Station spatiale internationale.

Comme si courir 42 km sur Terre n’était pas un challenge suffisant.

L’astronaute britannique Tim Peake a terminé le marathon de Londres dimanche alors qu’il était sanglé à un tapis de course dans la navette spatiale internationale, en orbite à plus de 320 km au dessus des quelque 40 000 participants de la compétition.

VOIR AUSSI : Rétroprojecteur : l’alcool dans l’espace, de la vodka russe en tube au sherry de la Nasa

Après avoir souhaité bonne chance à ses concurrents et donné le coup d’envoi de la course via un message vidéo, Tim Peake a terminé les 42 km du parcours en un temps de 3 h 35 min, comme l’a annoncé sur Twitter l’Agence spatiale européenne.

Pour simuler l’ambiance de la course au sol, Tim Peake avait devant les yeux une reconstitution digitale du parcours, foule de supporters incluse, grâce à l’application RunSocial.

Les exercices physiques réguliers sont très importants pour les astronautes de la station spatiale puisqu’ils permettent d’éviter la perte de masse musculaire, la baisse de la densité osseuse et les nombreux autres problèmes de santé qui peuvent suivre une longue période en apesanteur.

Malgré tout, la Nasa a constaté que les astronautes perdaient en moyenne 15 % de masse musculaire pendant un vol, et environ 1 à 2 % de masse osseuse pour chaque mois passé dans l’espace.

Moins de courbatures que sur Terre

Courir en apesanteur amène aussi son lot de difficultés. Pour faire ce marathon, Peake a du être attaché avec des cordes élastiques à un tapis de course dernier cri. Sur Terre des médecins ont suivi de près ses constantes physiologiques tout au long de la course, comme le précise le Guardian.

Mais le marathon en apesanteur a aussi ses avantages selon Tim Peake. Au Guardian, l’astronaute a expliqué que ses muscles récupèrent plus rapidement après la course, et que les courbatures et les entorses se soignent plus vite.

Peake n’est pas le premier astronaute à avoir terminé un marathon dans l’espace. Ce titre appartient à l’Américaine Sunita Williams, qui a couru le marathon de Boston de 2007 depuis la station spatiale. Elle a même participé au premier triathlon de l’espace, en ayant recours à un équipement spécifique d’entraînement intense pour simuler la nage.

Tim Peake a tout de même réussi à battre le record de temps d’un marathon couru dans l’espace, d’après le Guinness.

http://mashable.france24.com

In the Spotlight

La Turquie annonce préparer l’invasion de la Grèce

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Délivrant, au congrès provincial d’Eskişehir de l’AKP, un discours sur l’invasion actuelle de la Syrie par l’armée turque (opération Rameau d’Olivier), le président Recep Tayyip Erdoğan a déclaré, le 17 février 2018 : « Ceux qui pensent [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*


Close