Bienvenue sur le site kamit ! Par Ahmadou Diop.

Le Kamitisme,  est par définition, le  catalyseur et la clé de voûte des  consciences panafricaines,  qui promeut  à la fois  le développement économique, social, culturel, pérenne, l’unité et le patriotisme à l’échelle supra nationale africaine.

En effet, Macky Sall, le nègre de service,  est  bien  l’élève de  Senghor, lequel fut le poète  politique, maître du plagiat historique de la négritude. Car pour ce dernier, « la colonisation est un mal nécessaire ». Comment des crimes contre l’humanité peuvent –ils être un mal nécessaire ? 

Alors, son disciple en place, en l’occurrence,  l’Envoyé Spécial Colonial en Afrique, attitré et accrédité  à Dakar, suit machinalement le pas de son maître,  gratifie  hystériquement et  l’ingérence monétaire et la présence des troupes et bases militaires françaises, pour plaire à ses maîtres blancs, leur livre pour un sou toutes nos ressources naturelles, notamment le pétrole et gaz du Sénégal.

 À  Paris,  du haut de son rang et par  sa carence sur  un état souverain, libre et indépendant,  le  minable fraudeur, caractériel ethniciste dans l’âme jusqu’à l’abysse, confond  le nationalisme et le patriotisme.

 Alors que la philosophie  kamitique s’oppose   au  népotisme envahissant, comme mode  opératoire d’un éco système mafieux  à l’apartheid.

 À cet effet, la  Conscience patriotique pour le Changement -CPC- ״XAM SA REW – BËG SA REW – JARIÑ SA REW opte pour un changement de régime et d’un système.

  Tant que  ce  Régime Capitulard perdure, il n’y aura  ni la moindre lueur de démocratie, ni de justice,  encore moins de développement économique pérenne  au Sénégal.

La liberté au nom de la démocratie ! Notre chemin ne peut être que celui de la liberté. Car les intérêts supérieurs de la nation priment sur ceux des  minables  fantoches satellites.  Les médiocres de référence ne peuvent faire l’histoire à la place des bons. Le monde appartient à ceux qui ont une histoire.  C’est la règle.

À  l’instar des  grandes démocraties, nous devons absolument régler le compte des traitres unifiés,  pour les contraindre et  les  mettre hors d’état de nuire. En aucun cas, cela ne peut constituer  une quelconque loi du silence. Et qu’ils se le tiennent pour dit !

Nous avons été trop charitables au point que nous sommes devenus si ridicules aux yeux du monde.  Dans ces conditions, la légitime défense s’impose maintenant,  pour arracher bec et ongles nos intérêts vitaux, et  ce  par un  bloc monolithique, unitaire à l’échelle nationale, si nous voulons mettre un terme définitif à l’impunité de la  démocratie  familiale ethnique d’un  capharnaüm de malfaiteurs en bande organisée.

  Pour une nouvelle république  sénégalaise, digne, exemplaire, saine, transparente, démocratique, la vraie de l’ivraie,  avec des valeurs, et  non pas  celle des nègres pantins de service dans laquelle les scrutins présidentiels ne sont qu’une simple formalité administrative.

 Nous sommes des sentinelles de conscience et des citoyens libres d’esprit, imbus avec  des valeurs républicaines, si nous voulons  instaurer une société égalitaire plus  démocratique en  ,droit comme en devoirs    et non une société à deux vitesses dans laquelle les uns s’enrichissent ostensiblement et librement en toute impunité, que leur confère leur posture imaginaire, tandis que le reste, majoritairement écrasé, lassé et laissé pour compte sur le quai , tire le diable par la queue, et ce à l’indifférence quasi générale

Sommes-nous vraiment  du charbon de la tète aux pieds ? N’en déplaise aux falsificateurs historiques de tous les temps, qui  se sont écartés de la science,  et ont   manifestement  menti  sur toute la ligne et failli sciemment de fond en comble  à des  fins  purement idéologiques, culturelles et de domination,   sur de fond de stratégies bassement  géopolitiques ?

 Les anciens égyptiens antiques ne se faisaient jamais appeler des noirs, mais des kamits, dixit  Cheikh Anta Diop, le célèbre auteur «  de l’antériorité des civilisations ou barbarie »,  « Nations nègres et Culture », l’éminent professeur, le savant, l’égyptologue, le scientifique hors-pair de classe exceptionnelle, l’icône  emblématique de la figure de proue, la plus charismatique  de toute l’histoire de l’humanité. L’homme naquit pour la première fois en Afrique dans la région des grands lacs. L’Afrique a engendré toutes les autres civilisations.  

Il fallut donc  que le kamit  eût la  mélanine  et qu’il soit nécessairement  noir pour survivre, et  se protéger contre le rayon ultra- violet.  La  couleur relève de la   géographique et du climat. La nature ne passe pas jamais  deux fois dans son processus d’évolution. Si  l’homme africain ne s’était pas déplacé en Europe et dans le monde, l’humanité serait homogène, écrivit le scientifique, égyptologue.

En conséquence,  tout propos nègrophobe n’est pas  synonyme de racisme, mais  d’un antikamitisme, est passible d’un crime imprescriptible  contre l’humanité. Quelque soit son auteur et son appartenance,  tout kamitphobe, où qu’il puisse  se trouver à l’échelle planétaire internationale,  doit être  condamné dans les tribunaux  avec toute la  rigueur nécessaire   et sans faiblesse  aucune.