Le fils de l’ex-chef militaire du Hezbollah tué par Israël

MENACES DU HEZBOLLAH raid israel frappe Imad Moughniyeh militaires du HezbollahLe fils de l’ancien chef des opérations militaires du Hezbollah Imad Moughniyeh et quatre autres membres du mouvement chiite, dont un commandant, ont été tués dimanche 18 janvier dans un tir de missiles israéliens en Syrie.

L’attaque, d’abord évoquée par des sources libanaises, a été confirmée par Israël. Le Hezbollah a dévoilé dans la soirée l’identité des victimes, dont Djihad Moughniyeh et le commandant Mohammad Issa, aussi connu sous le nom d’Abou Issa. Le site d’information iranien Tabnak a déclaré que plusieurs gardiens de la Révolution avaient également péri.

Le père de Djihad Moughniyeh, Imad, était un commandant militaire du Hezbollah. Il a été assassiné en 2008 à Damas dans un attentat à la voiture piégée, une attaque imputée par le Hezbollah à Israël, qui a nié toute implication. Imad Moughniyeh a été soupçonné d’implication dans les attentats de 1983 contre l’ambassade des Etats-Unis et les contingents américain et français de la force multinationale à Beyrouth (plus de 350 morts), l’attentat à la bombe contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires de 1992 et l’enlèvement de plusieurs Occidentaux au Liban dans les années 1980.

Lire (édition abonnés) : Aux frontières libanaise et syrienne, l’armée israélienne est sur le qui-vive

MENACES DU HEZBOLLAH

Le raid, qui s’est produit dans la province syrienne de Kouneitra, proche du plateau du Golan occupé par Israël, survient trois jours après des déclarations du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah revendiquant le droit de la milice à répliquer aux attaques israéliennes en Syrie, considérées comme autant d’agressions.

Israël a déjà frappé à plusieurs reprises en Syrie, pour empêcher, selon lui, des transferts d’armes vers le puissant mouvement armé libanais. Le Hezbollah, financé et armé par l’Iran, a annoncé, pour la première fois, qu’il possédait depuis 2006 des missiles iraniens Fateh-110 pouvant atteindre tout le territoire israélien.

Dans le conflit syrien, le groupe libanais lutte au côté du régime de Bachar Al-Assad, face aux rebelles majoritairement sunnites.

Rebelles et armée syrienne s’affrontent non loin de la ligne de démarcation, et des obus tombent régulièrement sur le territoire occupé par Israël sans qu’il apparaisse toujours clairement si ces tirs sont intentionnels ou s’il s’agit de retombées des combats entre Syriens. L’Etat hébreu a décidé à plusieurs reprises de riposter en visant des bases militaires syriennes.

RISQUE DE REPRÉSAILLES

Selon Nabil Boumonsef, éditorialiste au journal libanais An Nahar, cette frappe israélienne est sans doute une réponse directe au discours prononcé jeudi par Hassan Nasrallah. « C’est dangereux de tuer le fils de Moughniyeh », ajoute-t-il. « Je ne pense pas que le groupe va rester tranquille maintenant que le père et le fils ont été tués. Je m’attends à ce qu’il fasse quelque chose. »

Les casques bleus ont intensifié leurs patrouilles dimanche soir le long de la frontière entre le Liban et Israël, rapportent des sources locales.

Lemonde

In the Spotlight

Concours général : Ces impairs qui grippent la machine

by bishba in Education 0

L’image du Concours général s’effrite davantage. Cette année, les épreuves de Maths puisées dans le Net ont poussé parents et candidats à demander la reprise de l’examen. Mais au-delà, ce manquement noté met à nu [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*