Le garde du corps de Karim retire près de 2 milliards en 2002 : Chèques et mat pour Kantoussan

Retirer des centaines de millions était manifestement la mission de l’ancien gendarme. En 2002, le garde du corps de Karim Wade s’est fait payer contre chèque près de 2 milliards de francs Cfa à la Cbao au nom du secrétariat général de la présidence de la République.

Mais la curiosité réside dans le fait de fractionner ces retraits et surtout, pour certains, le même jour du 26 avril 2002. Cela rappelle les chèques évoqués par Idrissa Seck devant la Haute cour de justice.

C’est à croire que le secrétariat général de la présidence de la République est une structure liquide. A défaut, il gérait les fonds politiques mis à la disposition du chef de l’Etat. Et l’homme de l’ombre et coursier de Karim Wade en sait des secrets.

Le garde du corps de l’ancien ministre d’Etat n’était pas inconnu des guichets de la Compagnie bancaire de l’Afrique occidentale (Cbao).

A la barre de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), en tant que témoin, M. Kantoussan ne voyait aucun inconvénient à ce que l’ex-président de la République donne 50 millions à son fils.

Mais l’ancien gendarme a les mains habituées à plus que des dizaines de millions. Il connaissait aussi les centaines. Il a retiré «à l’ordre» du secrétariat général de la présidence de la République cinq chèques qui ont été signés le même jour du 26 avril 2002. 200 millions de francs Cfa, puis 366 millions 864 mille 250 F Cfa par deux fois.

Un autre reçu de paiement montre que le gendarme des Wade était repassé une nouvelle fois pour se faire payer par la même banque. Victor Kantoussan a reçu également 400 millions F Cfa de la caisse n°13 de l’agence Cbao-Dakar. Le porteur de mallette de Wade-fils est revenu cette fois-ci pour se faire payer le chèque de 600 millions F Cfa. Ces montants cumulés font 1 milliard 933 millions 728 mille 500 francs Cfa. En l’espace d’une semaine.

Kantoussan a-t-il donné raison à Idrissa Seck ?
Alors qu’il était entendu par la Commission d’instruction de la Haute cour de justice le 23 décembre 2005 dans le cadre de l’affaire des chantiers de Thiès, l’ancien Premier ministre Idrissa Seck avait par ailleurs révélé que Victor Kantoussan touchait «d’importantes sommes d’argent tirées des fonds politiques». Dans sa livraison du 17 mai 2006, Le Quotidien était revenu dans les détails sur de telles opérations.

A l’occasion, une voix autorisée avait également révélé que le même Kantoussan avait touché «cinq chèques de plus d’un milliard de francs Cfa chacun en l’espace d’une semaine». Les copies des reçus de paiement contre chèque l’attestent aujourd’hui. S’agit-il de ces chèques dont Le Quotidien a obtenu copies ? Dans tous les cas, à la date d’avril 2002, puisqu’il a remplacé Mame Madior Boye en novembre de la même année, Idrissa Seck était encore Directeur de Cabinet de Wade.

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*