Le garde pénitentiaire et chauffeur du régisseur du Cap Manuel arrêté pour corruption

police-arrête-300x350Une grave affaire de corruption a perdu un garde pénitentiaire qui, apprend-on, est aussi le chauffeur du régisseur de la prison du Cap Manuel. L’agent M.A. Seck  aurait soutiré 50 mille FCfa à un supposé vendeur de chanvre indien qui l’a mis à nu devant les limiers du commissariat de Golf Sud (Dakar). Poursuivi du délit de corruption, il a, en compagnie de sa balance, passé sa première nuit en prison. Détails d’un scandale qui risque de secouer pendant longtemps l’Administration pénitentiaire.  

Il y a des jours comme ça. Des matins où l’on chute de haut et entraîne dans l’abîme de sa décadence toute une famille. Tout un corps. Parfois, c’est au moment où l’on s’y attend le moins que le destin frappe. Une erreur et c’est le tremblement de terre. Tout s’effondre. Sa personnalité, sa crédibilité, tout… On passe de la lumière à l’ombre. De hautes personnalités de l’Etat, de l’Eglise, comme de la Oumma Islamique ont connu ça.

De vulgaire voyous, des scélérats aussi sont passés par cette case… pénombre. Où on reste souvent seul à méditer sur son sort, à regretter son geste et à se dire : «Comment j’ai pu…»

Comme ses illustres prédécesseurs qui, par leur geste ou acte répréhensible, ont attiré sur eux les halos dénonciateurs des projecteurs de la presse, le garde pénitentiaire M.A. Seck devra se battre, lui aussi, pour sortir de l’ornière.

Attiré par l’appât du gain, son nom est désormais  inscrit, en grands caractères, sur le volumineux registre sénégalais des fonctionnaires véreux. Jusque-là, apprend-on, chauffeur du régisseur de la Maison d’arrêt du Cap Manuel, le gardien de prisonnier est passé à prisonnier à garder. Une sale histoire de corruption l’a propulsé au trou. Envoyé à la cave du tribunal de Dakar. Puis à la prison dakaroise de Reubeuss.

Cet homme du «corps d’élite» des gardes pénitentiaires, qui tire des années de services, a été déféré hier au parquet du procureur de la République avant d’être placé sous mandat de dépôt pour corruption portant sur la modique somme de 50 mille FCfa. Il sera jugé demain à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.

Il a été balancé par un «vendeur de chanvre»

Son histoire, loin d’être drôle, est à la limite un vrai scandale qui va secouer pour longtemps tout le corps des gardiens de prison. Toute l’Administration pénitentiaire. Une histoire douloureuse qui s’est inscrite dans la postérité et à laquelle l’agent Seck aurait pu échapper s’il n’était pas tombé sur plus gredin que lui. Sur un redoutable caïd qui maîtrise les ressorts des plus grands deals. «Cet homme, qui vient de me livrer à vous m’a soutiré 50 000 FCfa en échange de ma liberté.

Malheureusement, il n’a pas tenu parole», a confié sa «victime» aux limiers du commissariat de Golf Sud. Une grave déclaration qui a eu le don d’inverser les rôles. C’était dans la nuit du 29 septembre dernier.

Ce soir-là, le garde pénitentiaire M.A. Seck arrête un supposé vendeur de chanvre indien avec une certaine quantité de «l’herbe qui tue». Le coup de maître aurait arraché quelques applaudissements si le garde pénitentiaire n’avait pas écouté son esprit maléfique qui lui a fait faire des choses peu catholique. Puisqu’après avoir arrêté le malfaiteur, il lui aurait demandé 50 mille FCfa en lui miroitant une chimérique liberté. Mais, au lieu de tenir promesse, le gardien de prison l’a, révèle son accusateur, livré à la police. Un double jeu qui s’est retourné contre lui quand le supposé vendeur de chanvre indien a joué à la balance. Au mouchard.

Jouant au jeu du «je tombe, toi aussi», il a été à l’origine de la terrible chute du garde pénitentiaire. Qui a, dit-on, reconnu les faits avant de faire amende honorable auprès de ses collègues hommes de tenues, les policiers. Malheureusement, ses excuses ne seront pas acceptées par les limiers du commissariat de Golf Sud. Conduit, hier comme tous les justiciables, au parquet, il sera inculpé du délit de corruption et placé sous mandat de dépôt. Il a passé sa première nuit en prison. Avec certainement des caïds qu’il avait conduits au gnouf.

T. MARIE LOUISE NDIAYE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*