Le mandat et la rupture. Par Talla Sylla

Tentative de meurtre perpétrée contre le leader du Jëf Jël, Talla Sylla
Tentative de meurtre perpétrée contre le leader du Jëf Jël, Talla Sylla
Talla Sylla

Etymologiquement, le mandat du latin « mandatum » est une charge, une commission. Du point de vue politique le mandat électif est une charge confiée de manière temporaire à un mandataire par des électeurs (mandants). En mars 2012, les électeurs sénégalais ont décerné à Macky SALL la charge de « Président de la République » sur la base d’une espérance de rupture par rapport aux pratiques antérieures.

Le mandat ne se réduit donc pas à « une durée (5 ou 7 ans) » mais se définit surtout par les attentes et promesses de rupture en l’occurrence.
Force est de reconnaitre que les actes majeurs posés depuis le 25 mars 2012 par le Président SALL trahissent le mandat conféré par le peuple.

Il y a rupture de contrat à défaut d’une véritable politique de ruptures. Il faut en tirer les conclusions en s’appuyant sur les dispositions prévues par la Constitution du Sénégal !

Lu sur le mur Facebook de Talla Sylla Wallu

In the Spotlight

LE GHANA « SORT DU FMI » ET RESTE DEBOUT

by bishba in Economie 0

Le Ghana a surpris en claquant la porte au FMI, principal régulateur institutionnel de la finance internationale. Il se prive ainsi d’une manne qui lui tendait les bras. Il se devait donc de vite trouver [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*