Le mariage à la sénégalaise : un moral d’acier pour s’en sortir

mariage-forceLe mariage dans la culture sénégalaise équivaut à une course de fond. Il faut beaucoup de courage, d’abnégation et surtout un surplus de confiance en soi et en Allah azawajal.

Les divorces deviennent de plus en plus courant. Même si dans certains cas le divorce peut être certainement mieux il est malheureusement vrai également que la plupart peut être résolu par une remise en question à un niveau personnel.

J’ai remarqué que le taux de divorce est devenu très très élevé au Sénégal. Entre les cas avec des motifs valables et les cas où il y a soit un défaut d’éducation, ou simplement le manque d’être informé, il n’ y a pas photo les deux derniers cas sont les plus élevés .

L’homme sénégalais est très difficile à satisfaire surtout celui qui s’est fortement imprégné de notre culture et surtout l’a mal compris.

La culture sénégalaise met l’homme au-devant, sauf qu’avant l’homme était le vrai chef de famille , non que par la parole mais aussi par les actes, de nos jours nous assistons de plus en plus à une nouvelle génération d’hommes qui pour un oui ou pour non clament haut et fort être le « kilifeu » de la maison (chef de famille) mais leurs paroles sont en complète contradiction avec leur actes.

Samba et Adja sont de jeunes mariés , tous les deux travaillent et vivent en Europe…au lieu de prendre le temps de savourer leurs premières années de mariage, le couple passe son temps à faire face à des disputes sans fin. Samba veut le beurre et l’argent du beurre, quand il s’agit de tâches ménagères il est africain, il passe son temps à dire à Adja que c’est elle la femme, elle doit entretenir la maison, nettoyer cuisiner… mais quand il s’agit d’argent Samba devient Européen, il veut qu’Adja paie la moitié de la maison .

Nafi et Mbaye vivent au Sénégal, depuis que Nafi travaille Mbaye n’en dort plus, et ne veut plus s’occuper de sa famille, toutes les charges financières reposent sur Nafi , Mbaye utilise son argent pour faire le « djombagnaw » (l’aisé) à Dakar , il s’achète des voitures, des beaux tissus pour ses habits traditionnels du vendredi, bon parfum. Tout pour l’entretenir lui mais rien pour ses propres enfants encore moins sa femme…

Marieme et Modou sont mariés depuis plusieurs années, c’est un couple musulman et dans la religion musulmane, le rôle numéro un du mari est justement à défaut de booster la foi de sa femme, il doit l’aider pour l’entretien de cette dernière. Depuis plusieurs années, Marieme joue le rôle de Modou, c’est elle qui fait tout pour emmener Modou à être pratiquant, surtout pour les enfants également qui grandissent. Modou lui s’en fiche royalement de tout ce qui est foi…il ne prie pas, il ne jeune pas et en plus de cela empêche Marieme et sa fille Rama qui est maintenant grande de mettre le voile islamique afin de respecter les prescriptions divines.

Doudou et Awa sont mariés depuis 5 bonnes années, mais Doudou « dou yéndal dou fananal » (Doudou n’est jamais à la maison), il tire sur tout ce qui bouge, A chaque fois qu’ Awa décide de partir toute sa famille lui tourne le dos parce qu’un mari adultère n’est pas un motif de divorce dans la culture sénégalaise, au contraire, quand tu viens dire que ton mari traine et tire sur tout ce qui bouge on te répond « yokal fém » ( revois ta tactique de séduction ), en résumé au lieu de te dire qu’à 99% de chance tu es tombée sur un irresponsable et essayer de le lui faire prendre conscience pour qu’il change de chemin, ils remettent la faute sur toi l’épouse. Awa a fini par ne plus avoir confiance en elle, elle est malheureuse dans son couple et au lieu de vivre son mariage elle le subit.

Omar a deux épouses et c’est un vrai vicieux : toutes ses deux épouses sont bernées, quand Omar est chez Arame, il passe son temps à la critiquer et essayant de lui faire croire que Nabou sa coépouse est mieux qu’elle, il passe son temps à faire des allusions sur sa vie avec Nabou, quand elle est chez Nabou c’est vice-versa, toutes les deux mettent la barre très haute pour la concurrence et sont manipulées de plus belle par Omar. Il sort gagnant avec deux épouses qui passent leur temps à croire qu’il faut surtout pas accepter que l’autre soit mieux . Toutes les deux ne réalisent même pas qu’elles ont affaire à un vicieux manipulateur, qui ne remplit en rien son rôle d’homme responsable , parce que même si la polygamie est permise, le respect est important, chaque foyer est diffèrent et l’homme se doit de respecter le tempo de chacun de ses ménages.

Aida est mariée à Malick qui est très capricieux, aujourd’hui il veut ceci demain autre chose, elle ne sait jamais sur quel pied danser, Malick n’a pas confiance en lui, il est toujours un enfant dans sa tête , pour avoir de l’attention, il passe son temps à faire des caprices, Aida malheureusement ne peut pas s’imaginer ce cas de figure surtout que Malick est plus âgé qu’elle. Elle passe son temps sans rien comprendre à essayer de le satisfaire, elle en devient malade parce qu’elle a l’impression qu’il n’est jamais content qu’il y a toujours quelque chose à dire…elle a fini par douter d’elle-même hors qu’elle n’est fautive en rien, elle est juste tombé sur un capricieux qui n’a aucune confiance en lui, qui cherche plus une mère qu’une femme…

En résumé les cas sont nombreux, le seul conseil que je donnerai aux femmes cherchez la solution en vous-même, travaillez votre moral, soyez observatrices, la meilleure façon de bien vivre une relation c’est de cerner la personnalité du conjoint…prenez le temps de définir clairement et de manière objective avec qui vous avez affaire… après c’est votre choix personnel d’accepter ou de ne point accepter de continuer votre chemin avec.

La vie n’est rose nulle part, il ne faut point se leurrer mais c’est important de définir vos limites, et de vous fier à votre bon sens.

Cultivez le sens du devoir (bonne épouse, bonne mère ) pour Allah azawajal et agissez en conséquence. Ne perdez pas trop de temps pour ce qui concerne l’avis ou le retour de votre homme quand vous êtes sures d’avoir bien agi ou fait au moins votre possible. Refusez que votre mariage ou votre couple soit une source de torture mentale sans fin. Le mariage c’est plus pour Allah azawajal qu’autre chose.

Etre marié n’est pas le défi, lé défi est de le rester selon les prescriptions divines « na lépp raféte » ( dans la bienséance).

N’ayez pas peur de commettre des erreurs, mais c’est toujours important de les regretter sincèrement, d’essayer de rattraper ses erreurs si possible et d’essayer de ne plus en refaire . N’ayez pas peur d’être jugé si ce n’est par Allah azawajal seul son jugement compte !

Je ne cesse de le redire « takk léne sénne fitt » (armez-vous de courage) , refusez-vous surtout à tout sentiment néfaste parce que ce dernier vous détruira en premier avant de détruire quelqu’un d’autre.

http://apr-news.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*