Le monde est aveugle: Le nettoyage ethnique des Rohingyas se poursuit

epa06574017 (FILE) - Myanmar border guard police officers patrol along a beach near a makeshift camp at the Myanmar-Bangladesh border, near the town of Maungsaw, Rakhine State, western Myanmar, 12 November 2017 (reissued 02 March 2018). According to media reports, the Myanmar military has defended on 02 March 2018, its decision to deploy fresh troops near the shared border with neighboring Bangladesh, blaming a militant threat. Earlier Dhaka asked Myanmar to pull back its soldiers from the border area near a refugee camp where more than 5,000 Rohingya refugees have been living. The Rohingya crisis started in August 2017, when Rohingya militants launched a series of attacks on multiple Myanmar government posts in the region, leading the army to unleash a large military campaign that drove around 700,000 Rohingyas across the border. EPA/HEIN HTET

700.000 musulmans rohingyas dégagés en 6 mois !

Le nettoyage ethnique des musulmans rohingyas “se poursuit” en Birmanie, a dénoncé mardi le Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU, avec une campagne de “terreur et de famine organisée” destinée à les faire fuir vers le Bangladesh.

“Le nettoyage ethnique des Rohingyas de Birmanie se poursuit”, a affirmé mardi Andrew Gilmour, sous-secrétaire général aux droits de l’homme de l’ONU, dans une rare montée au créneau de l’organisation internationale.

Une campagne de l’armée birmane, qualifiée d’épuration ethnique par les Nations unies, a poussé à l’exode près de 700.000 musulmans rohingyas depuis août dernier. Des centaines de Rohingyas continuent de passer la frontière du Bangladesh chaque semaine.

“Le gouvernement birman ne cesse de répéter au monde qu’il est prêt au retour des Rohingyas, mais dans le même temps les forces de sécurité continuent à les faire partir au Bangladesh”, a ajouté Andrew Gilmour, dénonçant le rôle central de l’armée et l’inaction du gouvernement.

L’armée insiste sur le fait que l’opération militaire a été déclenchée à la suite d’attaques fin août 2017 de rebelles rohingyas qualifiés de “terroristes”.

La prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, à la tête du gouvernement civil en place depuis 2016 après des décennies de dictature militaire, est quant à elle accusée de jouer le statu quo avec l’armée et son opinion publique, largement anti-Rohingya, sur ce dossier.

Source

In the Spotlight

Aimez-vous le visage de la nouvelle Marianne ?

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Ce n’est pas une FEMEN, c’est déjà une réussite La nouvelle Marianne, dévoilée jeudi par Emmanuel Macron est représentée de profil, les cheveux au vent, coiffée d’un bonnet phrygien bardé d’une cocarde et le regard [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*