Le Mossad impliqué dans la disparition de Ben Barka, selon des journalistes israéliens

Les services secrets israéliens auraient aidé Rabat à localiser l’opposant marocain Mehdi Ben Barka et à le faire disparaître, en octobre 1965 à Paris, selon les révélations de deux journalistes du quotidien israélien Yediot Aharonot.

L’implication du Mossad, les services secrets israéliens, dans l’enlèvement à Paris de l’opposant marocain Mehdi Ben Barka en 1965 a très tôt été soupçonnée. En 2008, le journaliste Samuel Segev avait évoqué l’implication du Mossad et rappelé dans un livre des détails sur les relations secrètes entre Israël et le Maroc. Le Mossad avait selon lui, indirectement permis aux services secrets marocains de repérer l’opposant socialiste, puis de le piéger.

Mehdi Ben Barka a été enlevé par deux policiers français, le 29 octobre 1965, devant la brasserie Lipp, à Paris. L’opposant au régime marocain avait rendez-vous avec des cinéastes pour un projet de films sur la décolonisation. Il n’a pas réapparu et son corps n’a jamais été retrouvé.

Lire le récit d’un témoin publié dans L’Express en 1966: J’ai vu tuer Ben Barka

Aujourd’hui, des journalistes du quotidien israélien Yediot Aharonot, Ronen Bergman et Shlomo Nakdimon font de nouvelles révélations sur l’affaire. Dans les années 1960, la France embourbée dans la guerre d’Algérie, a, selon les deux journalistes, établi des relations soutenues avec le Mossad, pour obtenir des informations sur le FLN. Le Mossad dispose donc d’une implantation en France. Israël a également développé des relations avec le Maroc, le plus pro-occidental des pays arabes, l’aidant notamment à restructurer ses services secrets du royaume. Les services secrets israéliens ont obtenu de pouvoir observer un sommet de la Ligue arabe à Casablanca, en septembre 1965. En échange, Rabat exige du Mossad son aide pour repérer et éliminer l’opposant Mehdi Ben Barka, qui voyage toujours incognito, avec beaucoup de précautions pour ne pas se faire repérer, précise Ronen Bergman interrogé par Le Monde.

Dans la forêt de Saint-Germain

Après avoir repéré l’opposant, le Mossad fournit une aide matérielle, des faux documents, une cache, pour son enlèvement, selon l’enquête des journalistes. Si le Mossad n’est pas impliqué dans la mort de Ben Barka, il se charge de faire disparaitre sa dépouille, dans la forêt de Saint Germain: “Le service a eu l’idée de dissoudre le corps avant de l’enterrer avec de l’acide, raconte Ronen Bergman au Monde, à base de produits chimiques achetés dans plusieurs pharmacies. Cette nuit-là, il a plu. La pluie a accéléré le processus.”

Trois ans plus tard, une route a été construite à cet endroit. S’il reste quelque chose de sa dépouille, c’est sous un noeud routier à cet endroit, expliquent les deux journalistes dans le Yediot Aharonot. Selon eux, le Mossad a agi parce qu’il était redevable envers le Maroc, mais n’avait pas d’hostilité particulière envers l’opposant marocain qui avait entretenu des relations avec des officiels israéliens et “admirait, selon les deux journalistes, les réalisations de l’Etat hébreu dans le domaine de l’agriculture, du développement régional et de l’armée.”

lexpress.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*