LE PORTE-PAROLE DU REWMI SUR LE DIVORCE AVEC BENNOO «C’est Macky Sall qui nous a poussés à la sortie»

le porte-parole du Rewmi Abdourahmane Diouf
le porte-parole du Rewmi Abdourahmane Diouf
le porte-parole du Rewmi Abdourahmane Diouf

On en sait davantage sur les raisons qui ont présidé au départ du Rewmi de la coalition Benno Bokk Yakaar. Au-delà de l’absence de concertation et communication, le porte-parole du Rewmi Abdourahmane Diouf impute la responsabilité de ce clash au Président Macky Sall.

Invité à l’émission Grand Jury de la Rfm, le bras droit de Idrissa Seck a aussi évoqué les cas Omar Guèye et Pape Diouf et les retrouvailles de la grande famille libérale.
«C’est le Président Macky Sall qui par un certain nombre d’actes posés, nous a poussés à la sortie». C’est par ces mots que le porte-parole du Rewmi a justifié hier la démission de son parti de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar. C’est mercredi dernier au sortir de leur Bureau politique que la formation politique de Idrissa Seck, Rewmi, a décidé de claquer la porte de la coalition Benno Bokk Yakaar.

Laquelle coalition a porté au pouvoir le président Macky Sall au second tour de la présidentielle de 2012. Invité à l’émission Grand Jury de la Rfm, Diouf a donné les raisons de ce divorce. «Ce sont ceux avec qui nous avons partagé la coalition Benno Bokk Yakar qui nous ont donné toutes les preuves de quitter la coalition» ajoute Abdourahmane Diouf. Pour se faire on ne peut plus précis, le porte-parole du Rewmi donne les détails qui ont entraîné ce clash :

«Les affaires ont commencé le 30 janvier 2013 quand dans un communiqué signé par le secrétariat politique du parti nous avions dit que dans le cadre de la traque des biens mal acquis, on doit respecter les droits de la défense conformément à l’article 9 de la Constitution du Sénégal». C’est à ce moment, précise le porte-parole du Rewmi, qu’on nous dit a dit «mouth mba moth» (vous la fermez ou vous partez).

«On s’est rendu compte qu’il y avait une stratégie qui était mise en branle. Puisque nous sommes des gens responsables et que nous avons des ambitions pour notre pays et que nous avons vu que toutes les décisions ou orientations économiques prises par le gouvernement ne permettaient pas au Sénégal de régler ses difficultés, nous avons pris nos responsabilités de sortir de cette coalition en constatant une totale incapacité de l’équipe en place à prendre en charge les préoccupations des Sénégalais», a expliqué le porte-parole du Rewmi.

L’absence de concertation et de communication sur un certain nombre de questions constitue également l’une des raisons de la rupture entre Rewmi et Bby : «A partir du moment où il y a une rupture de communication, nous ne pouvions plus répondre de cette sorte de devoir de solidarité qui existait à priori dans le gouvernement». La coalition Bby selon Abdourahmane Diouf, «n’existait que nom».

Au fait, poursuit-il, «la dernière réunion à laquelle ont pris part les leaders de ladite coalition remonte au 14 décembre 2012». Non sans démentir l’information selon laquelle Rewmi a quitté Benno Bokk Yakaar parce que n’étant pas consulté lors du dernier remaniement ministériel. «C’est un acte supplémentaire qui est posé à côté d’autres actes qui ont fini par nous faire comprendre que ces gens-là nous considéraient comme des opposants».

Sur un autre registre, le porte-parole du Rewmi a également abordé le cas des ministres Omar Guèye et Pape Diouf. Selon le collaborateur de Idrissa Seck, «Omar Guèye et Pape Diouf ne sont pas exclus du parti Rewmi, mais ces deux messieurs ne représentent plus Rewmi au sein du gouvernement».

Retrouvailles de la grande famille libérale

Concernant l’idée des retrouvailles de la grande famille libérale telle que proposée par le président Abdoulaye Wade, le porte-parole du Rewmi souligne : «C’est un débat qui ne date pas d’aujourd’hui. Lorsque le débat sur les retrouvailles de la grande famille libérale s’est posé, c’est nous (Rewmi, Ndlr ) qui l’avions lancé. Ce qui veut dire que Idrissa Seck et le parti Rewmi reste dans la logique d’une forte coalition libérale».

Toutefois, précise le porte-parole du Rewmi, «les raisons aujourd’hui ne président pas à une alliance entre Rewmi, le Pds et l’Apr». «Ce ne sont pas les conjonctions entre parti qui sont importantes mais le fait que les gens qui sont dans les partis aient les mêmes convictions et puissent travailler ensemble».

Abdourahmane Diouf poursuit : «Dans l’absolu, l’idéal constitue les retrouvailles de la grande famille libérale, mais nous ne nous focalisons pas sur un parti ou une jonction institutionnelle. Ceux du Pds qui se reconnaissent dans les idées du Rewmi sont les bienvenus pour travailler à notre ambition pour le Sénégal».

Magib GAYE Lesoleil

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*