Le president barack obama au senegal la «baraka» s’empare enfin du sénégal.

Barack Obama attachant sa cravateÇa y est, c’est parti ! A partir de ce soir 19h et pour trois jours, le Sénégal va vivre à l’heure américaine. Le Président des États-Unis qui va effectuer du 26 juin au 3 juillet sa première grande tournée africaine depuis son arrivée au pouvoir, va, avant les étapes tanzanienne et sud-africaine, consacrer ses premiers pas au Pays de la «Téranga». Un honneur accordé à l’une des «démocraties solides et émergentes», saluée par Barack Obama le 28 mars dernier lors de la visite du Président Macky Sall au pays de l’Oncle Sam. Au menu de ce séjour, l’homme le plus puissant du monde rencontrera des hommes politiques, mais aussi des chefs d’entreprise, sans oublier la jeune génération sur laquelle l’accent sera mis en particulier.

L’objectif affiché  de la Maison Blanche, c’est d’étendre «la croissance économique, l’investissement et le commerce, de renforcer les institutions démocratiques et d’investir dans une nouvelle génération de dirigeants africains». En somme, un séjour tout bénef pour le Sénégal. Mais en sourdine, les États-Unis qui ont alloué un budget conséquent à la visite des Obama en Afrique, comptent, dès la première et seule étape francophone, mettre en œuvre leur politique de (re)conquête d’un continent qui figure parmi ceux qui compteront dans les années à venir.

L’Afrique est, derrière l’Asie, la région du monde où la croissance est la plus forte. Selon les prévisions du Fmi, l’Afrique subsaharienne va croître de plus de 5 % cette année, de quoi faire rougir les économies occidentales, qui sont dans une phase descendante.  A ce titre, le continent attire particulièrement les investisseurs américains, qui recherchent dans ce partenariat, outre la croissance, l’innovation et les offres d’emploi.

Les exportations américaines vers l’Afrique ont subi un bond de 23 % en 2011, une dynamique dans laquelle compte s’engouffrer le Président Barack Obama pour proposer à Macky Sall sa marchandise. Et en attendant que les deux chefs d’Etat essaient de tirer le maximum de profit de leur rencontre, le citoyen sénégalais va devoir (encore) subir les désagréments liés au calendrier très serré et sur les chapeaux de roue du premier Président noir des Usa.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*