Le président italien démissionne

528bcb43cb0da172aca5ed0b7f682cc2Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a annoncé la démission imminente du président Giorgio Napolitano, âgé de 89 ans.

L’annonce était attendue. Le président italien Giorgio Napolitano va démissionner “dans les prochaines heures”, a annoncé mardi le chef du gouvernement Matteo Renzi, lors d’une intervention devant le Parlement européen. Matteo Renzi a rendu hommage à Giorgio Napolitano, “européen convaincu, qui justement dans les prochaines heures, démissionnera de son poste après avoir accompli un long parcours de changements”, au détour d’un discours dressant le bilan de la présidence italienne de l’Union européenne ,qui s’est achevée le 31 décembre. Ses louanges ont suscité les applaudissements des députés européens et du président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

A 89 ans, Napolitano voulait quitter sa fonction depuis longtemps

Réélu par les grands électeurs en avril 2013 faute d’accord au Parlement sur un autre candidat, Giorgio Napolitano, 89 ans, n’a jamais fait mystère de son intention de quitter sa fonction bien avant la fin du septennat, prévu en 2020, en raison de son grand âge, de sa santé, et du fait que sa reconduction à la présidence était le fruit d’un contexte particulier. Il ne voulait pas concourir à sa propre succession et a annoncé ouvertement le 31 décembre dernier, sa démission prochaine, dans un message télévisé.

La course pour lui trouver un successeur a été lancée dès la mi-décembre, lorsque Giorgio Napolitano a fait savoir qu’il n’avait pas l’intention de rester encore longtemps à la tête du pays, assurant que sa fonction prendrait fin au même moment que la présidence italienne de l’UE. Or l’Italie doit remettre la présidence du Conseil de l’Union Européenne ce mardi 13 janvier.

Après la démission formelle de Giorgio Napolitano, le Parlement devra se réunir sous 15 jours en session conjointe, avec les membres du Sénat, de la Chambre des députés et 58 délégués régionaux, pour élire le nouveau président. Matteo Renzi devra aider à la recherche d’un candidat mais a admis qu’il serait impossible d’élire le successeur de Giorgio Napolitano au premier tour.

Par BFM TV

Écrit par A. D. avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*