Le recours à des tirs mortels de l’armée sur les Palestiniens désormais autorisé par la Cour suprême israélienne

May 18, 2018 - Gaza, Palestinian Territories: Palestinian protesters gather during clashes with Israeli security froces in a tent city protest where Palestinians demand the right to return to their homeland and against U.S. embassy move to Jerusalem at the Israel-Gaza border, in Khan Younis in the southern Gaza Strip on May 18, 2018. ( Ashraf Amra / Apaimages / Polaris ) © PHOTO NEWS / PICTURES NOT INCLUDED IN THE CONTRACTS ! only BELGIUM ! *** local caption *** 06204633

La Cour suprême israélienne a validé jeudi le recours à des tirs mortels de l’armée contre les Palestiniens qui manifestent le long de la frontière dans la bande de Gaza.

Dans le jugement de 41 pages publié par le ministère de la Justice jeudi soir, la Cour a rejeté à l’unanimité le recours d’ONG israéliennes et palestiniennes qui avaient demandé fin avril l’arrêt de ces tirs mortels de l’armée contre les Palestiniens à Gaza.

La présidente de la Cour Esther Hayut a accepté la position du gouvernement israélien, pour lequel les manifestants de Gaza ne sont pas des manifestants civils pacifiques mais des acteurs d’un “conflit armé” entre Israël et le groupe islamiste Hamas, qui contrôle Gaza.

Quelque 119 Palestiniens tués depuis le 30 mars
Les habitants de la bande de Gaza manifestent depuis le 30 mars le long de la frontière entre l’enclave sous blocus et l’Etat hébreu pour réclamer le droit des Palestiniens de retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies à la création d’Israël en 1948.

Au moins 119 Palestiniens ont été tués depuis cette date par les tirs de soldats israéliens selon les autorités de l’enclave palestinienne, dirigée par le mouvement islamiste Hamas.

Israël, en butte aux accusations d’usage excessif de la force, assure ne tirer à balles réelles qu’en dernier ressort. Il accuse le Hamas, de pousser les civils sur la ligne de front pour couvrir des tentatives d’incursion en territoire israélien.

 

Source

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*