« Le régime syrien veut assiéger Idlib comme il l’a fait à Alep »

Syrian emergency services search for members of four families reportedly stuck under the rubble of a six story building that collapse following Syrian government air strikes on Idlib on February 4, 2018. / AFP / OMAR HAJ KADOUR

Le journaliste Akram Al-Ahmad, habitant d’Idlib, dénonce un « scénario à la Grozny » dans la région du nord de la Syrie encore aux mains de l’opposition.

Journaliste de profession, Akram Al-Ahmad a fondé le Syrian Press Center (SPC), un centre de formation au journalisme qui a permis de former plus de 450 journalistes en Syrie en sept ans, grâce notamment à des fonds de certains Etats européens. Habitant d’Idlib, une région encore aux mains de l’opposition dans le nord de la Syrie, Akram Al-Ahmad a été témoin de l’offensive lancée par le régime depuis décembre 2017. Un véritable déluge de feu s’abat depuis le 4 février sur la province, avec des bombardements qui ont fait des dizaines de morts. Onze cas de suffocation ont été rapportés à Saraqeb, les habitants et des médecins sur place faisant état d’un « gaz toxique » répandu sur la ville, probablement de la chlorine, une arme utilisée à de multiples reprises par le pouvoir syrien. De passage en France, Akram Al-Ahmad alerte sur la situation à Idlib.

Que cherche à faire le régime syrien dans la région d’Idlib ?

C’est le scénario à la Grozny. Ils veulent tout détruire pour, ensuite seulement, parler du cadre politique. La trêve d’Astana n’a jamais été mise en œuvre. Pendant la conférence de Sotchi aussi, ils ont continué à bombarder, moins, mais ils bombardaient. Puis ça s’est à nouveau intensifié. Le chef de la base militaire russe de Hmeimim a dit, à Sotchi, qu’ils frappaient les « terroristes ». C’est un mensonge. Ils bombardent tout, leurs frappes ne sont pas du tout ciblées. Des gens meurent chaque jour. Certains avaient même passé des trêves locales avec les Russes, qui n’ont pas été respectées.

Depuis le début de leur offensive, en octobre 2017, le régime a avancé depuis Hama en direction d’Idlib, en évitant la zone où se trouve Daech. Il ne les attaque pas. En quelques mois, non seulement le régime, mais aussi Daech, a gagné du terrain sur l’opposition. Daech avance en parallèle du régime, vers le nord également. Dans le mois qui s’est écoulé, le régime a repris 110 villages et Daech 70 villages. Plus de 350 000 personnes ont été expulsées des poches prises par le régime. Chaque jour, des gens affluent vers Idlib. Il n’y a que 5 % de la population présente à Idlib qui en est réellement originaire.

lemonde.fr

In the Spotlight

Nucléaire: les USA menacent la Russie

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Donald Trump a déclaré que les États-Unis se retireraient du Traité russo-américain sur l’élimination des missiles à courte et moyenne portée (FNI), d’après les médias. « Les États-Unis se retireront du Traité sur les forces nucléaires [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*