Le Roi Fainéant, les Fous du Roi et les Pions de la Forfaiture !

Chronique Mohamed Joseph-Henri SarreEchec et Mat ! 

La partie n’est pas commencée qu’elle est, déjà, perdue ! Pour le peuple sénégalais. 

Le Roi Fainéant se donne, sournoisement, les moyens de gagner la partie sans prendre le risque de la jouer. Pourquoi donc s’échiner à se battre quand on connaît la constance des sénégalais, surtout, dans leurs errements ? Amoureux des gains faciles, fous amoureux de la bamboula prenant au bond n’importe quel prétexte futile et versatiles à souhait… 

Comme au temps de la traversée du désert, le Roi Fainéant compte sur l’énergie et l’entregent de la Reine pour mener à bien son néfaste projet. Elle sera au centre du Jeu d’Echecs qui le mènera, sans coup férir, à rester le Maître sans vision d’un peuple qui ne rêve plus du Paradis sur Terre et ne se voit d’Avenir que dans l’Au-delà… 

Comme on n’est jamais trop prudent, le Frère du Roi, tout dégoulinant de pétrole, fait le grand écart entre les gens d’affaires et les Maires dont il est devenu, avec l’aisance du nouveau riche, le Président. Son élection, dimanche dernier, à la tête de l’Association des Maires du Sénégal est la preuve que la stratégie suivie est, certainement, la meilleure… 

Echec et Mat ! Le peuple doit être fait Echec et Mat ! 

Le peuple. Cette masse informe et hétéroclite d’hommes et de femmes dépositaires de cette souveraineté qui sera l’unique enjeu des manœuvres politiques des années qui viennent… 

Le Peuple. On lui donnera, comme dans la Rome Antique, du Jeu pour qu’il ne se préoccupe de son funeste sort ! Les Fous du Roi vont s’en charger. Ce qui devait être le Sanctuaire de la Culture, le Grand Théâtre, se transforme chaque fin de semaine, en arène du divertissement où s’étalent tous les stigmates d’une société faite de voyeurisme, de distribution d’argent et de toilettes vulgaires de « m’as-tu vu »… 

Il veut du Jeu, il en aura. Le Peuple. Les Fous du Roi s’en chargeront ! 

Les Fous de la Cour du Roi Fainéant. Ils ont le rôle de divertir ceux qui, dans le cercle restreint du Roi, auraient des velléités de parler de République vertueuse et de Démocratie… Le griot du Président devra les provoquer, les insulter et si cela ne suffisait pas, les rouer de coups de poings en espérant qu’ils demandent l’arbitrage du Roi Fainéant. Ce dernier, comme à son habitude, fera semblant de sermonner le premier député de l’Histoire du Sénégal qui, ignorant la règle sacro-sainte de la séparation des pouvoirs est, aussi, le premier Chambellan du Palais de la République. 

Echec et Mat ! 

Les Fous du Net, eux, s’évertueront à sécuriser cet espace de liberté fictive laissé aux sénégalais ! Derrière l’anonymat de leurs claviers, la bouche baveuse d’insultes et d’invectives, ils ne laissent prospérer aucun débat sur les réseaux sociaux. L’internaute assez fou pour jouer à l’éveilleur de conscience le fera à ses risques et périls ! Il n’y a pas, c’est connu, plus fou que les Fous du Net… 

Echec et Mat ! 

La partie n’est pas commencée qu’elle est, déjà, perdue ! Pour le peuple sénégalais. 

Les opposants échoueront ! Ils ont déjà échoué. Il n’y en a pas beaucoup d’ailleurs… Echec. 

Le Peuple sera maté. Sans avoir l’air d’y toucher Et Mat ! 

Les Pions sont nombreux ! Par définition. 

Il en est même qui auraient pu être Roi à la place du Roi Fainéant et qui ont choisi de passer sous les fourches caudines des avantages lié au poste de Président de l’Assemblée Nationale… 

Aveuglé par tant de délices corrupteurs, l’Homme d’Etat, qu’il a été durant près de quarante ans, a fait siffler nos chastes oreilles en traitant les jeunes de son parti d’imbéciles et de salopards. De quel droit ces hommes voudraient-t-ils être Roi à la place du Roi Fainéant ? Ne devraient-ils pas, plutôt, mettre en veilleuse leurs ambitions démesurées pour consolider son fragile strapontin ? Que nenni. Ce n’est que le début d’une crise qui après l’AFP touchera le Parti Socialiste puis la coalition « Bennoo Bokk Yaakar ». Car le paradoxe sénégalais fait que les seuls concurrents du Roi Fainéant sont les pions qui l’entourent et qui ont lu dans son Jeu d’Echecs. 

Echec et Mat ! La partie n’est pas commencée qu’elle est, déjà, perdue ! Pour le peuple sénégalais… 

D’abord parce que lui-même a choisi de ne point se battre ! 

Les sénégalais n’y croient plus. Ils attendent, dociles, un scrutin dont ils ne connaissent ni l’échéance ni les challengers… 

Ils donnent à leur carte d’électeur un pouvoir qu’elle ne saurait avoir s’ils ne participent pas, au quotidien, au débat public autour de leurs problèmes et de leur avenir. Quand viendront ces échéances, elles seront accompagnées d’astronomiques sommes qu’ils seront pressés de ramasser pour souffler d’une pauvreté qui aura fini, après cinq longues années d’attente, de les mettre à genoux ! 

La partie n’est pas commencée qu’elle est, déjà, perdue ! Pour le peuple sénégalais. 

Le Roi Fainéant sait qu’il n’est pas loin d’arriver à ses fins… Rien, aujourd’hui ne permet d’espérer qu’il ne sera reconduit à la Magistrature Suprême du Sénégal malgré le bilan mitigé d’une politique sans ambitions parce que sans Vision. 

Echec et Mat. 

C’est peut-être cette assurance qui causera sa perte ! La Reine, le Frère et les Fous du Roi Fainéant ainsi que les Pions finiront, peut-être, par lasser le peuple de leur Arrogance et de leur méprisant projet… 

Le Roi-Fainéant devrait, aisément, rester le Roi du Pays des Paradoxes mais il ne devrait pas oublier que les Echecs sont un jeu de stratégie ! Il aura eu tort de nous avoir laissé comprendre où il voulait en venir avec notre pauvre pays ! Il va, du coup, perdre la partie d’Echecs… Peut-être. 

Echec et Mat.

Mohamed Joseph-Henri SARRE
Journaliste/Conseil en Communication

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*