L’Égypte pharaonique maîtrisait la chimie de synthèse

Du plomb, de l’air et du vinaigre : tels étaient les ingrédients combinés par les Égyptiens pour fabriquer leurs onguents. Un art cosmétique confirmé par la datation de fards au carbone 14.

Pour fabriquer leur maquillage, les Égyptiens avaient bien recours à des méthodes de chimie de synthèse, c’est-à-dire à la transformation de substances chimiques afin d’obtenir un composé final. Telle est la conclusion du travail de Lucile Beck, du laboratoire de mesure du carbone 14 (CEA/ CNRS/IRD/IRSN/ministère de la Culture), et ses collaborateurs, publié dans Communications Chemistry du 28 juin. À la base de ce résultat, la première datation au carbone 14 du carbonate de plomb (PbCO3) recelé par des onguents contenus dans des pots à fard d’époque pharaonique. Jamais encore le taux de carbone 14 n’avait été déterminé dans ce composé, dont il existe au moins deux formes – la cérusite et la phosgénite. Il a pourtant été très utilisé de l’Antiquité au début du XXe siècle, époque où il a été interdit à cause de sa toxicité.

Lire plus sur S&A

In the Spotlight

UN IVOIRIEN TACLE BIYA ET LES CAMEROUNAIS LÂCHES

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Paul Biya va briguer un 7e mandat le 7 octobre prochain. Oui ce que je dis est vrai et si je mens prouvez le contraire. Vous êtes tout simplement incapables de faire partir du pouvoir [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*