Les cadres républicains brûlent Abdoul Mbaye: « Qu’il se prévale de sa propre turpitude au lieu d’évoquer un complot d’Etat imaginaire »

abdoul mbayeLa coordination des cadres républicains a sévèrement taclé le président du parti ACT.  Dans un communiqué, elle déclare « l’ancien premier ministre Abdou Mbaye n’a qu’à se prévaloir de sa propre turpitude au lieu d’évoquer un complot d’Etat qui n’existe que dans son esprit ».
 
Les cadres repblicains rappellent « qu’Abdou Mbaye a été inculpé pour faux et usage de faux pour une affaire qui a commencé par une procédure de divorce que lui-même a déclenchée. Abdoul Mbaye s’était certainement cru intouchable quand il fit falsifier à la source le registre d’état-civil pour changer de régime matrimonial à sa convenance.
Lorsque la présidente du Tribunal régional de Dakar en charge de son dossier de divorce constata deux certificats de mariage non-conformes, elle saisit le procureur. Enquête fut menée et les résultats transmis au juge d’instruction qui formellement inculpa Abdou Mbaye pour faux et usage de faux.  Voilà la vérité simple. 
Dans une affaire strictement privée, Abdoul Mbaye est accusé d’être un faussaire. Au lieu de s’en prendre à feue la présidente du Tribunal régional de Dakar qui n’est plus de ce monde pour se défendre, Abdoul Mbaye ferait mieux d’apprécier la grande magnanimité du juge qui l’a laissé rentrer chez lui en le plaçant sous contrôle judiciaire.
Le juge a certainement dû tenir compte du statut d’ancien premier ministre de Abdoul Mbaye pour ne pas le mettre sous mandat de dépôt comme c’est le cas pour des officiers d’état-civil et mêmes des maires inculpés pour des cas similaires de falsification de pièces d’état-civil ».
 
« L’argument de tentative de liquidation d’un adversaire politique brandi par Abdoul Mbaye ne saurait prospérer dans ce dossier complétement privé. Les politiciens sont des justiciables comme les autres, autrement il suffirait de créer un parti politique pour se soustraire à la loi.  Si Abdou Mbaye a créé son parti pour s’en servir comme parapluie, c’est peine perdue » soutiennent les apprises.
 
Dans leurs réquisitoire contre l’anciens premier ministre, les cadres républicains estiment « qu’Abdou Mbaye n’en est d’ailleurs pas à sa première procédure judiciaire ; comme banquier, il a eu à faire face à des plaintes pour escroquerie. Pour quelqu’un qui adore discourir sur l’éthique et la probité morale, Abdoul Mbaye devrait d’abord balayer devant sa porte. Pour l’instant, qu’il assume ses actes délictueux  et arrête de chercher des boucs-émissaires imaginaires ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*