Les États-Unis désignent le président du Honduras

Alors que les élections au Honduras ont été entachées de fraude aussi bien selon les observateurs de l’Union européenne (UE) que selon ceux de l’Organisation des États américains (OEA), le gouvernement des États-Unis a désigné le vainqueur : Juan Orlando Hernández.

En 2009, Juan Orlando avait soutenu le coup d’État contre le président constitutionnel José Manuel Zelaya Rosales. Il était alors devenu président du Congrès national (Parlement), puis en 2013 président de la République.

Le coup d’État avait été organisé par l’administration Obama avec la participation d’Israël [1].

Selon les résultats officiels que tous les observateurs s’accordaient à considérer comme falsifiés, le leader de l’opposition Salvador Nasralla (un Palestinien soutenu par Zelaya) n’aurait obtenu que 41,42% des voix, contre 42,95% pour le président sortant.

La plupart des organisations intergouvernementales, dont l’UE et l’OEA, appelaient à un nouveau scrutin.

Cependant, le président Orlando a donné instruction à son ambassadeur de s’opposer à la résolution de l’Assemblée générale de l’Onu sur le statut de Jérusalem ; résolution dirigée contre les États-Unis et Israël. Sans attendre, la Maison-Blanche a immédiatement pris position en faveur d’Orlando à l’issue du vote à New York.

Préférant éviter un nouvel affrontement dans son pays, Salvador Nasralla a annoncé renoncer à la présidence.

Source

In the Spotlight

La face cachée d’Abou Dhabi (2/2)

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Relire ici la première partie L’Iran un croquemitaine pour éponger les déficits américains. 1 – Péril iranien ou péril démographique? Les asiatiques 60 pour cent de la totalité de la population des pétro monarchies. Les [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*