Les Etats-Unis « prêts à faire plus » avec le Nigeria contre Boko Haram

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (g) avec le président nigérian Goodluck Jonathan, le 25 janvier 2015 lors de sa visite à Lagos|AFP
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (g) avec le président nigérian Goodluck Jonathan, le 25 janvier 2015 lors de sa visite à Lagos|AFP
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry (g) avec le président nigérian Goodluck Jonathan, le 25 janvier 2015 lors de sa visite à Lagos|AFP

Les Etats-Unis sont « prêts à faire plus » avec le Nigeria contre le groupe islamiste Boko Haram, qui multiplie les attaques sanglantes, a déclaré dimanche à Lagos le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

« Nous allons absolument continuer à soutenir l’armée (nigériane) dans ce combat. Boko Haram continue à tuer de nombreux civils innocents », a lancé M. Kerry dans la capitale économique nigériane. Les Etats-Unis sont « profondément engagés » au côté du Nigeria dans cette lutte mais « nous sommes prêts à faire plus », a-t-il ajouté.

Le même jour, des combattants du groupe islamiste Boko Haram ont pris le contrôle de la ville de Monguno et de sa base militaire, proches du lac Tchad au nord-est du pays, après de violents combats contre l’armée nigériane, a-t-on appris de sources sécuritaires.

« Monguno est tombée, Monguno est tombée », a déclaré à l’AFP un haut responsable militaire sous couvert d’anonymat. D’autres sources sécuritaires ont confirmé que des combattants islamistes s’étaient emparés de la ville, située à quelque 130 km au nord-est de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, elle-même théâtre de combats dimanche.

Cette nouvelle attaque de Boko Haram survient à trois semaines de l’élection présidentielle, qui sont « absolument cruciales » pour le Nigeria, a déclaré John Kerry, jugeant « impératif » le respect du calendrier électoral.

« Il est absolument crucial que cette élection se déroule de façon pacifique. La communauté internationale suit de très près cette élection », a-t-il dit. Il est « impératif que les élections se tiennent à la date prévue », a-t-il ajouté, alors que les violences perpétrées par Boko Haram font planer une ombre sur le scrutin du 14 février.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*