LES ETUDIANTS DE LA FASEG ENVAHISSENT LES PAVILLONS E, D ET K Le laxisme du Coud pointé.

UCAD ENTREEOn sentait l’électricité dans l’air depuis le démarrage de la codification à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). L’Amicale de la Faculté des Sciences économiques et de Gestion (Faseg) a procédé hier, lundi 17 juin, à la reprise des chambres dans les pavillons E, D et K qui devraient être attribuées aux cas sociaux de ladite faculté. Plusieurs portes de chambres dans les pavillons en question ont été enlevées et les occupants déguerpis, selon le président de l’Amicale de la faculté, Mbaye Thiam. Il a  pointé un doigt au Centre des œuvres universitaires Dakar (Coud) dont il accuse d’avoir opéré une attribution non conforme aux normes.

Pourtant Sud Quotidien l’avait annoncé dans son édition du 24-04-2013 en disant que la codification pour l’année académique 2013 a démarré sur fond de contestations à cause  de la non implication des amicales suspendues mais également de la mésentente entre membres d’amicale. Hier, lundi 17 juin, à l’Université de Dakar, certains étudiants de la Faculté des Sciences économiques et de gestion (Faseg), notamment les membres de l’Amicale de ladite faculté, non contents du déroulement des codifications concernant les cas sociaux, ont fait irruption dans les pavillons E, D et K pour déloger les occupants des chambres les concernant. Ils ont même enlevé les portes des chambres.

A l’origine de la colère de ces étudiants, la démarche cette année du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) en l’occurrence du directeur des Cités, M. Kassé et Mme Thiam du même service ainsi que le président de la commission sociale de l’Amicale sur l’attribution de lits réservés aux cas sociaux.

Si les autorités du Coud ont soutenu mordicus que les opérations d’attribution de lits se déroulent comme prévu, le président de l’Amicale de la Faseg soutient totalement le contraire. Mbaye Thiam explique ;  « je me suis rendu au Coud pour m’imprégner de la situation. Sur un quota de 112 et 70 réservations de lits, ils ne m’ont présenté respectivement que 3 lits pour les garçons et  rien pour les filles. Dès le début, ils m’ont écarté dans la gestion de l’attribution des lits des cas sociaux ». Par conséquent, indique-t-il, « nous avons récupéré les chambres en enlevant les portes et en faisant sortir les occupants. Nous avons eu deux blessés lors de ces échauffourées ».

Convaincu que toutes les chambres ont été codifiées, Mbaye Thiam a dénoncé qu’il y a beaucoup de « laxisme noté au niveau du Coud ». Avant de poursuivre : « même le procès verbal de l’annulation de cette situation qui a été notifiée par les services du Coud à la personne en charge des œuvres sociales était biaisé. Nous allons saisir ces chambres pour  les redistribuer dans la transparence».

Une chambre codifiée à 500000F Cfa.

Lors de cette opération pour exiger aux étudiants déjà servis de déguerpir les chambres au pavillon K, les étudiants contestataires de l’avis de son responsable se disent outrés par un cas.
« Ce matin, nous nous sommes rendus compte que les chambres 64K et 63k ont été vendues à des Burundais à 500 000F Cfa la chambre.  Ce sont même les Burundais qui nous l’ont dit», a affirmé Mbaye Thiam, tout en ajoutant : «l’intermédiaire qui a vendu ces chambres est une femme en service au  Coud, nous ont-ils accusé. Nous ne devons pas  laisser ces genres de pratiques proliférer dans l’espace universitaire ».

En tout cas, un cas qui réconforte la thèse selon laquelle avoir une chambre relève d’une véritable mafia entretenue par les autorités administratives et les Amicales de facultés. Les chambres sont livrées au plus offrant.

Le médiateur de l’Université de Dakar, le Pr Mamadou Ndiaye, avait sonné l’alerte en déclarant que « cette année les choses peuvent être beaucoup plus compliquées dans la mesure où on fonctionne avec deux systèmes d’amicales. Certaines sont en activité tandis que d’autres sont suspendues». Avant d’avertir : «le problème qui risque de se poser c’est de savoir comment certains qui ne seront pas impliqués mais seulement informés, vont-ils accepter le partage. Il faut s’attendre à des remous ou contestations».

Pour le médiateur, « la direction du Coud compte tenu de ses faibles capacités d’accueil convoque les responsables des amicales représentées par les présidents de commissions sociales afin de faire ensemble le dispatching. Une fois que les quotas seront indiqués pour chaque faculté, ils vont procéder à leur propre codification».

Selon le président de l’Amicale de la Faseg, « les étudiants promettent de maintenir la cadence si les autorités et  l’Amicale incriminée dans cette affaire ne révisent pas le processus d’attributions des lits ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*