Les impayés de Pascaline Bongo mettent une entreprise française sur la paille

GABON-POLITICS-BONGOJUSTICE – La soeur du président OmarBongo a «oublié» de régler plus de 450.000 euros à une PME…
Un sapin de Noël: 360 euros. Une demi-tonne de fruits: 1.691 euros. Une machine à glaçons: 2.500 euros. Ces dernières années, Pascaline Bongo n’a pas lésiné sur le fret pour rapatrier ses produits préférés de Paris à Libreville. Rien qu’entre le 29 janvier 2013 et le 1er avril 2014, la sœur de l’actuel président du Gabon (et fille de l’ancien) se serait fait livrer pour 453.300 euros de produits en tous genres. Tout cela sans jamais sortir sa carte bleue, au grand dam de l’entreprise française chargée du transport des marchandises…
Un simple oubli? Pascaline Bongo devra s’en expliquer le 17 mars devant la justice française, selon Le Canard enchaîné et France Inter. Et elle devra se montrer très convaincante… Car face à elle, elle devrait trouver une petite entreprise très remontée contre son ex-cliente. Et pour cause: «poursuivie par les banques», selon son avocate, Me Caroline Wassermann, cette PME de quatre salariés pourrait bien jouer sa survie au tribunal.
Des Bongo désargentés?
Jusqu’au début de l’année 2013, la société Blue Mendel avait pourtant bien profité des besoins illimités de Pascaline Bongo. Selon Le Canard enchaîné, la machine était bien huilée: l’ancienne ministre commandait par SMS, le dirigeant de Blue Mendel accusait réception et expédiait sa commande à sa cliente, qui réglait ensuite la facture directement, via l’une de ses sociétés ou par l’intermédiaire de la présidence gabonaise. Puis, du jour au lendemain, Pascaline Bongo a cessé de payer, à défaut de mettre un frein à sa frénésie consumériste.
Pourquoi un tel revirement? Me Wassermann avoue «ne pas comprendre». Serait-ce lié à l’enquête française sur les biens mal acquis visant la famille Bongo? Le Canard enchaîné évoque notamment l’hypothèse de difficultés financières de ses membres depuis le blocage de la succession d’Omar (…)

Par 20minute

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*