Les malades mentaux vont encore tuer au Sénégal, avertit Ansoumana DIONE

L’assassinat de l’Imam de Sicap M’bao qui a été égorgé par son propre fils, ne jouissant pas de toutes ses facultés mentales, doit pousser la presse sénégalaise à poser enfin le débat sur la problématique de la prise en charge des malades mentaux dans notre pays.

De toutes les façons, avertit Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), des malades mentaux vont encore tuer, dans des conditions toujours atroces, d’autres personnes et nul n’est à l’abri.

Lorsqu’un problème devient très sérieux pour les populations, il est du rôle de la presse d’organiser des débats constructifs afin de permettre à nos gouvernants de pouvoir prendre les dispositions nécessaires pour y apporter des solutions idoines.

En vérité, comme nous le dirons jamais assez, le régime du Président Macky SALL a pris l’option ferme de ne point s’occuper du problème des malades mentaux, ce qui constitue même une violation flagrante de notre Constitution qui garantit le droit d’accès à la santé à chaque citoyen, sans exclusion.

Par ailleurs, la mort atroce de cet Imam doit également obliger toutes les forces vives de la nation et autres leaders d’opinion dont les imams du Sénégal, en particulier, à élever la voix pour que les malades mentaux sénégalais puissent être pris en charge au même titre que les autes malades.

Attention, il y va de notre intérêt et surtout de notre sécurité à nous tous, y compris le chef de l’Etat, son Excellence Monsieur Macky SALL. Au delà des informations fiables, la presse doit pouvoir ouvrir maintenant le débat sur le problème des malades mentaux dont la résolution intéresse plus d’un au Sénégal, n’est-ce pas?

Suite à l’assassinat de l’Imam de Sicap M’bao qui a été égorgé chez lui par son fils qui ne jouit pas de toutes ses facultés mentales et qui se trouve être un ivrongne, Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) apporte ici une précision de taille. Selon lui, l’usage de l’alcool rend fou.

Aujourd’hui, beaucoup de citoyens sénégalais souffrent de troubles mentaux du fait de ce produit extrêmement dangereux pour la santé. En vérité, ils sont très nombreux ces toxicomanes et alcooliques qui devaient être pris en charge, au même titre que tout autre malade.

D’ailleurs, pour prévenir ces genres de folie, un centre avait été construit à Darou Mousty en 2004 par le régime du Président Abdoulaye WADE. Malheureusement, jusqu’ici, celui du Président Macky SALL ne s’y intéresse pas.

Pourtant, avec cette grande structure, beaucoup de familles sénégalaises pouvaient trouver des solutions avec leurs enfants victimes de la toxicomanie ou de l’alcoolisme. C’est la raison pour laquelle, nous invitons le Président Macky SALL et son gouvernement à bien vouloir faire preuve d’humanisme pour l’ouverture de ce centre de Darou Mousty afin que ces concitoyens puissent être correctement pris en charge.

La santé mentale en question, un sujet sur lequel le pouvoir actuel doit mener la réflexion avec l’ensemble des acteurs concernés, pour la sécurité des populations.

Rufisque, le 24 novembre 2017,
Ansoumana DIONE, Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM) – Tel: 77 550 90 82 – 70 745 88 47

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*