LES ONZE DECISIONS DU CONSEIL PRESIDENTIEL SUR L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Mary Teuw en campagne d'explication

A la recherche d’un consensus national autour des décisions du Conseil Présidentiel sur l’avenir de l’Enseignement supérieur au Sénégal, le ministre Mary Teuw Niane a lancé hier mardi sa campagne d’explication par un déjeuner offert à quelques responsables des médias de la place. Une occasion qu’il s’est donnée pour réitérer la ferme décision de l’Etat de remettre  le sous  secteur sur les rails mais  en privilégiant le dialogue et la concertation avec les acteurs.ministre_marie_teuw_niane_3

L’Université virtuelle Sénégalaise (UVS)  qui devra permettre de régler la question des flux de bacheliers dont les effectifs sont croissants d’année en année, va démarrer ses activités au mois de janvier 2014. C’est l’annonce faite hier mardi par Mary Teuw  Niane, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, lors d’un déjeuner de presse offert à certains responsables de médias de la place pour  inaugurer une campagne d’explication en direction de l’ensemble des différents segments de la société sénégalaise, à la suite des décisions prises par le Conseil présidentiel du 14 août dernier. Selon lui, cette institution qui sera adossée à la Bretelle de Diamniadio sur une superficie de 12ha offerts par l’Etat,  va délivrer 5licences : Anglais, Sociologie, Sciences juridiques et politiques, Sciences économiques et de Gestion, Mathématiques appliquées.

Et le même site va abriter le ministère de l’Enseignement supérieur, l’Office du Bac,  la Direction de l’Enseignement supérieur et  la Direction des bourses. Pour ce qui concernes les  étudiants, ils seront admis et évalués dans les mêmes conditions que leurs collègues des universités entre quatre murs. La seule différence, a précisé le ministre, c’est qu’il leur faudra un certain nombre d’outils dont le principal sera un PC. Toute chose que les autorités promettent de faciliter avec le projet « un étudiant, un ordinateur».

Le label «étudier au Sénégal»
Le ministre de l’enseignement supérieur a également annoncé que désormais aucune bourse d’excellence ne sera offerte à un étudiant qui cherche à poursuivre des études à l’étranger dans une filière enseignée dans les universités ou écoles supérieures Sénégalaises. Toutefois, a-t-il tenu à rassurer,  les dispositions d’orientations de l’année dernière seront reconduites. Et que les orientations ne se feront pas sur la base des critères d’âge mais plutôt sur la performance et les chances de réussite de l’étudiant dans une filière demandée. Idem pour la question des bourses. Selon lui, la généralisation des bourses et aides restent maintenue.

Le taux d’inscription
Sur la question des taux d’inscription, la première autorité de l’enseignement supérieur du pays reste intraitable. Pour lui, il est inadmissible qu’un étudiant Sénégalais, continue dans le contexte actuel à payer 5000F, soit de loin en deçà de ce que verse un talibé par mois à son marabout. C’est dire que la décision prise par le Conseil présidentiel est  irrévocable. Les nouveaux d’inscriptions s’établissent comme suit :  25000 francs pour la 1ère année, 30.000 francs pour la 2e année, 35.000 francs en licence, 50.000 francs pour le Master 1, 60.000 francs pour le Master 2 et 75.000 francs pour le Doctorat. Ce qui devra permettre de mobiliser près de 3millards de francs Cfa  destinés  à financer le relèvement de la qualité du sous secteur qui priorise désormais l’enseignement des sciences et la recherche.

Cependant ce qu’il y a de  remarquable par rapport  au nouveau programme de réformes prioritaires qui s’étendent de 2013 à 2017, c’est qu’il est articulé à l’agenda politique du pouvoir en place dont le mandat se termine à l’échéance. Ce que du reste, le ministre a reconnu sous un brin d’ironie.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*