«Les studios Xippi et 2000 se sont enrichis sur le dos des musiciens» accuse El Hadj «Siggi»

Youssou Ndour studio Xippi et El Hadji Ndiaye studio 2000
Youssou Ndour studio Xippi et El Hadji Ndiaye studio 2000
Youssou Ndour studio Xippi et El Hadji Ndiaye studio 2000

Ramené au bon souvenir des Sénégalais par une interview accordée à l’édition de ce week-end du journal « Vérité du Jour », El Hadj Ndiaye accuse les premiers studios d’enregistrement créés au Sénégal de s’être enrichis sur le dos des musiciens. Il s’agit de Xippi de Youssou Ndour et 2000 de El Hadj.

« Ils se sont enrichis sur le dos des musiciens et ont créé des chaînes de télévision, grâce à l’argent de la musique. Ils sont les premiers pirates de la musique sénégalaise », explique le folk singer. Ce, après avoir fait des révélations sur la bonne marche de la musique sénégalaise à l’époque :

« ces deux unités avaient d’abord créé des studios d’enregistrement et ils allaient faire les duplications des cassettes en Europe chez KB cassettes. Ensuite, ils ont acheté des appareils pour la duplication des cassettes.

Pendant deux décennies, ces deux studios ont dupliqué 5.000.000 francs de cassettes par an. Ce qui veut dire que notre musique rapportait pendant plus de vingt ans 5.000.000.000 francs par an dont les 80% revenaient à ces deux studios ».

El Hadj Ndiaye le folk singer sénégalaisInfo sur l’artiste: Cet artiste militant, oeuvrant dans les quartiers défavorisés de la capitale sénégalaise, s’est imposé ces dernières années en développant son propre style acoustique.

Offrant une musique à la fois délicate et vibrante et des textes profonds dépeignant les rêves et les souffrances de l’Afrique (Géej), défenseur de l’enfance en danger, El Hadj Ndiaye est le troisième artiste du continent à recevoir le Grand Prix de l’Académie Charles Cros pour son album “Xel”.

el hadj ndiaye thiaroye

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*