Lesotho: le roi dissout le Parlement avant les élections de 2015

Le roi du Lesotho, Letsie III
Le roi du Lesotho, Letsie III
Le roi du Lesotho, Letsie III

Le roi du Lesotho, Letsie III, a dissous vendredi le Parlement en vue des élections prévues en février 2015, destinées à restaurer la paix dans ce petit pays d’Afrique australe secoué par une tentative de coup d’Etat en août dernier.

Cette dissolution était prévue par le plan de sortie de crise élaboré par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

« Cela montre que nous agissons en accord avec la feuille de route de la SADC, afin de ramener la paix et la sécurité au Lesotho », a déclaré à l’AFP Thabo Thakalekoala, porte-parole du Premier ministre Tom Thabane.

Les dernières élections générales dans ce royaume montagneux, enclavé dans l’Afrique du Sud, se sont tenues en 2012, et ont débouché sur la formation d’une fragile coalition gouvernementale.

Mais un coup de force de l’armée a déstabilisé le pays le 31 août. Alors qu’il venait d’être destitué par le Premier ministre Tom Thabane, un général de l’armée a fait attaquer et désarmer les postes de police, réputés fidèles à M. Thabane. Il y a eu un mort et neuf blessés.

M. Thabane avait réussi à s’enfuir en Afrique du Sud, avant de revenir avec l’aide de médiateurs de la SADC pour tenter de dénouer la crise. Ils avaient obtenu de toutes les forces politiques l’engagement d’organiser des élections anticipées de deux ans, en février 2015.

Ce pays pauvre de deux millions d’habitants devrait avoir besoin de l’aide internationale pour l’organisation des élections.

Des doutes sur leur bon déroulement apparaissent déjà concernant la validité des listes électorales et le transport par l’armée du matériel électoral dans les lieux les plus reculés.

L’armée est en effet considérée par beaucoup d’habitants comme ayant manigancé la tentative de coup d’Etat du 31 août dernier.

La SADC a déployé plus d’une centaine de policiers pour protéger le Premier ministre et d’autres responsables gouvernementaux, dont 140 policiers sud-africains.

AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*