L’Etat a fauté d’avoir arrété Karim !

7215029-11074566-600x400Suite à la sortie, ce samedi, du Premier Ministre, principalement sur les affaires Arcelor-Mittal et Petro Tim, nous avons accroché l’ancien Ministre-Conseiller Chargé des Affaires sportives,de la Communication et ancien Porte parole de la Présidence de la République. Et, Serigne M’backé N’diaye, connu pour sa liberté de ton, de se prêter volontiers à notre jeu de questions-réponses.

Dakaractu : Mr. le ministre que vous inspire la réaction de Me Madické Niang lors du dernier Magal de Touba, appelant à une union des cœurs, plus précisément à une union nationale entre le régime en place et l’opposition dite significative, je veux nommer le Pds?

Serigne M’backé N’diaye : Je suis très satisfait de la réaction de mon frère et ami Me Madické Niang. Et pour l’apprécier à sa juste valeur, il faut bien répondre aux questions liées à la position de l’auteur, à la solennité de ses propos, au lieu et au contexte.
Madické est un homme de devoir, un talibé Mouride au vrai sens du mot, une des voix plus autorisées du PDS, un proche et confident du Président Wade. Si un tel homme choisit le Magal et s’exprime à partir de son domicile sur deux (02) télévisions différentes qui, sans être ensemble, ont posé les mêmes questions, cela est tout à fait édifiant. Ceci pour parler de la forme.
Quant au fond, je suis totalement en phase avec lui et avec beaucoup de responsables du Pds. Notre seule différence est que je ne murmure pas, je dis tout haut ce que je pense. Même si je me trompe, je le fais de bonne foi. Je ne hurle pas avec les foules si je ne suis pas convaincu. La vérité a beau être noctambule, elle passe jamais la nuit à la belle étoile. Je disais dans une récente contribution que j’étais peut-être le seul à croire à ces retrouvailles, mais je suis fier de me battre pour cet objectif et de le clamer haut et fort. Je suis très à l’aise pour le dire, et l’avenir nous édifiera, ceux qui me critiquent, qui font semblant d’être hostiles à ces retrouvailles en seront les grands bénéficiaires.
Il faut également dire qu’à l’occasion du Meeting du front organisé le 21 Novembre dernier, la barre avait été placée à un niveau tellement élevé que nous étions au bord de l’affrontement préjudiciable à tous. Alors ce message de Madické sonne comme un régulateur. Pour qui connaît bien Madické, Il est certains que son message bénéficie du soutien et de l’adhésion de bon nombre de responsables et pas des moindres.
En tout état de cause, et sans me glorifier de quoi que ce soit, je suis très satisfait parce que la ligne de la vérité, de l’apaisement et de la sérénité et en voie de triompher.

Dakaractu : L’autre actualité, c’est la sortie du Premier Ministre qui s’inscrit en faux sur les effarantes accusations de Me Wade, notamment sur le fameux dossier Mittal. Votre commentaire pour avoir été au cœur du dispositif de l’ancien Président de la République?

Serigne M’backé N’diaye : Ma posture ne me permet pas de commenter ou de porter un jugement quelconque sur la sortie du Premier Ministre. Aucun de ces arguments (l’accusation et la réaction du pouvoir) ne m’intéresse. Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès a t-on coutume de dire.
Militant en faveur d’un dialogue politique sincère et constructif dans l’intérêt de notre pays, je ne saurais me lancer dans un tel débat d’autant plus que le Khalife Général des Mourides vient de nous rappeler le comportement que nous devons avoir vis-à-vis des autres, qu’ils soient partenaires ou adversaires. L’adversaire politique n’est pas un ennemi et on fait la politique avec de la morale.

Dakaractu : Mais, Mr. le ministre, ne pensez vous pas que le Pm a parlé pour ne rien dire en fin de compte. A titre illustratif, alors que l’opinion s’y attendait, il n’a point exhibé de preuves démentant les graves accusations portées contre le gouvernement par Mr Abdoulaye Wade, ancien Président de la République qui, dans une récente déclaration, avance que l’accord avec Mittal porte sur 200 millions de dollars, dont 50 sont allés dans les poches des avocats de Macky Sall et seulement 150 soit 175 milliards de F Cfa au Trésor public, alors que l’Etat aurait pu en obtenir davantage. D’aucuns trouvent que le seul fait de différer encore la publication de documents par l’Etat voudrait dire qu’il y a quelque chose de louche caché aux Sénégalais. Qu’en pensez-vous ?

Serigne M’backé N’diaye : Comme je vous ai répondu tantôt, je n’ai vraiment pas de commentaire à faire sur ce point.

Dakaractu : Que vous inspire le sermon du khalife général des mourides, lequel a soutenu qu’on ne peut construire un pays en s’amusant ou en jouant et qui vous connaît, sait que vous raffolez de mondanités?

Serigne M’backé N’diaye : Comme je viens de le dire, le Khalife nous rappelle nos devoirs. A nous de le suivre.

Dakaractu : Depuis quelques temps, l’élargissement de Karim Wade est agité. Même un des avocats réputé proche de Mimi Touré, je veux nommer Me Sèye a soutenu que ” Karim doit bénéficier d’une liberté provisoire”. Qu’en pensez-vous?

Serigne M’backé N’diaye : Avant de parler de sa libération, il faut dire qu’il ne devait même pas être arrêté. Ensuite les arguments brandis par l’accusation et la défense, la longueur du procès, l’absence de Bibo Bourgi mais surtout les recommandations du Khalife Général des Mourides à l’occasion du Magal militent en faveur de sa libération et d’un dialogue politique.

Dakaractu : Toute dernière question : militez-vous pour la candidature de Karim Wade en 2017?

Serigne M’backé N’diaye : Ma première priorité demeure la libération de Karim et ses retrouvailles avec Macky.
Ma deuxième constitue les retrouvailles de la famille libérale avec un candidat unique en 2017 pour respecter la volonté exprimée par le Président Abdoulaye Wade il y a de cela prés de deux (02) ans.
Maintenant s’il s’agit d’une candidature du P.D.S, naturellement, Karim est le candidat idéal que je soutiens.

actunet

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*