L’Etat en guerre contre les inondations : Plus de 300 soldats mobilisés

macky sall et les inondationsLe gouvernement a décidé de mobiliser les forces de sécurité, la jeunesse et de moyens financiers pour s’attaquer aux inondations. Toutefois, on ne veut pas assimiler cette  mise en branle à un plan Orsec même si l’heure est grave, selon le Premier ministre, Aminata Touré.

Ce n’est rien d’autre qu’un déclenchement inavoué du plan d’organisation des secours (plan Orsec). Le terme semble trop fort pour le nouveau chef du gouvernement. Le Premier ministre, Aminata Touré, n’a pas voulu lâcher le mot. Mais, le ton a fait la musique, en dépit de la mine ferme affichée  hier par l’ancienne ministre de la Justice lors d’un point de presse consacré aux inondations.

Les fortes pluies enregistrées ces dernières 48h sont venues aggraver une situation déjà difficile, selon ses propres mots. Le sinistre a fini  de prendre de plus en plus une dimension nationale.  «A travers les comptes rendus détaillés qui m’ont été faits sur les zones touchées, je  peux mesurer l’ampleur des dégâts et les souffrances causées aux populations», s’est désolée Mimi Touré.

Informé de l’ampleur de la situation, rapporte-t-elle, le président de la République a convoqué une réunion d’urgence au Palais à laquelle ont participé tous les démembrements opérationnels de l’Etat. Elle a nommé l’Etat-major des Armées, les ministres de l’Intérieur, de la Santé, de la Jeunesse, de la Restructuration des zones d’inondation et des Forces armées. Un comité de coordination des activités sera mis incessamment en place. Mieux : Sans aucune précision sur le budget, les ressources matérielles, financières et humaines sont mises à sa disposition «pour apporter une réponse rapide aux problèmes des populations».

Pas de téléthon

Cette tache impose des moyens : 300 soldats dont une compagnie du génie militaire seront mobilisés, confirme le ministre des Forces armées, Augustin Tine. Les différents contours d’un plan Orsec sont ainsi établis. Qu’à cela ne tienne, Mimi Touré s’en est limitée à une séance de déclarations.

Elle s’est précipitée dans son bureau. Pourtant, son petit sourire est familier  à la presse, mais le visage Aminata Touré  n’a pas dégagé de chaleur hier. La moindre seconde n’a été prévue pour saluer les  journalistes ou s’excuser du report de deux heures de temps de la «conférence de presse». Le gouvernement a juste saisi l’occasion pour appeler le Peuple à la solidarité.

Pour autant, elle ne plaide pas pour l’organisation des quêtes ou des téléthons, mais une solidarité d’actions entre les différents démembrements de l’Etat. «Là où  il y a de l’argent, il y a souvent des problèmes», dit-elle en Wolof.

biramefaye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*