L'hommage à Ben Bass et le "rebondissement" dans l'affaire DP Wolrd au menu

(APS) – L’hommage de la presse au parton du Groupe Excaf Communications, Ibrahima Ben Bass Diagne, et le “rebondissement” noté par certains titres dans le dossier Dubäi Port World sont les sujets les plus en vue dans les quotidiens parvenus mercredi à l’APS.quotidien

Ibrahima Ben Bass Diagne est décédé mardi matin à Dakar des suites d’une courte maladie, “une mort qui plonge le monde de la presse sénégalaise dans un seuil profond”, écrit Sud Quotidien.

Selon le journal, le nom de Ben Bass Diagne “a marqué d’une empreinte indélébile la presse sénégalaise de par son esprit d’initiative et ses qualités managériales”. Ben Bass Diagne, “un magnat de l’audiovisuel”, selon Le Populaire, “un pionnier de l’audiovisuel”, indique encore Le Soleil. Pour Direct Info, l’homme a bâti un empire.

Walfadri écrit que les travailleurs du groupe Excaf, “étaient sous le choc” à l’annonce du décès de leur patron. L’homme “était un acteur de premier plan du paysage audiovisuel”, selon Walfadjri qui reprend une dépêche l’APS.

Dans sa livraison, Le Quotidien parle d’un “buissnessman très pointilleux (qui) a permis de briser le diktat de la Radio télévision sénégalaise (RTS) sur le secteur de l’audiovisuel (…) Le maître s’en est allé laissant derrière lui des employés dans l’incompréhension”.

Le journal du Groupe Avenir communication revient à sa Une sur l’affaire Dubaï Port Wolr (DP World), une entreprise placée sous administration judiciaire dans le cadre de la traque des biens présumés mal acquis et annonce que le ministre de la Justice “demande le départ” de l’administrateur provisoire.

Le garde des Sceaux, Aminata Touré “a décidé de saisir le Procureur spécial prés la Cour de répression de l’enrichissement illicité (CREI)”, relève le journal, précisant qu’elle a demandé que la Chambre d’instruction de ladite structure “soit saisie d’urgence pour relever l’administrateur provisoire de la société DP World, Papa Alboury Ndao, et procéder à son remplacement dans les meilleurs délais”.

Il est reproché à l’administrateur provisoire de s’être octroyé beaucoup d’avantages dont un salaire de 18, 5 millions de francs CFA par mois.

Au sujet de l’affaire du même nom, impliquant Karim Wade, le fils de l’ancien chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade, L’As fait état d’un “rebondissement spectaculaire”. Titrant “Le procureur spécial blanchit Karim Wade”, le journal relève que Alioune Ndao “demande la levée de l’administration provisoire” de DP World.

Le quotidien note qu’il n y a, en effet, “aucun mouvement (de fonds) suspect constaté entre DP World et les sociétés planquées dans les îles vierges”. L’AS rappelle que le dossier DP World représente prés de 400 milliards sur les 694 milliards prêtés à Karim Wade dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis.

Sur le même sujet, le journal Enquête fait aussi état d’un “rebondissement” et écrit: “Le procureur prés la CREI demande l’arrêt de l’administration provisoire” de DP Wolrd.

Enquête, citant des “sources dignes de foi”, souligne que le procureur Alioune Ndao “a demandé à la Commission d’instruction la levée de l’administration provisoire de DP Word au motif que l’administrateur provisoire n’a pas vu de mouvement financiers suspects vers des paradis fiscaux”.

“La question qu’il faut se poser, c’est par rapport à Karim Wade accusé dans ce dossier d’être un actionnaire caché par le biais de DP World, ce par le canal de la société Offshore DP Wolrd Sénégal Limited, domicile aux îles vierges (…) Ça sent le flop dans ce dossier précis”, écrit Enquête.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*