LIBERATION DES DEMINEURS Iba Der Thiam réclame une mission d’information

Ancien 1er vice-président de l’institution parlementaire et actuel député, le professeur Iba Der Thiam demande au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, de soumettre au gouvernement une proposition, dans le but de constituer une mission d’information sur la libération des démineurs, «injustement» pris en otage par une aile dissidente du Mfdciba nder thiam

Le député du peuple se demande d’emblée pourquoi l’Assemblée Nationale et, notamment, sa commission de défense et de sécurité et les Forces armées, ont-elles été tenues à l’écart de tout ce qui a été entrepris pour la libération des démineurs. «Quelle a été, vraiment, la portée réelle de chacune des actions développées par les divers acteurs en scène», s’interroge-t-il.

«Des négociations, selon M Thiam, sont entamées par un médiateur qui semble agir en solo, pour des raisons que personne ne comprend, au regard de la gravité de la situation». «A-t-on mesuré toutes les conséquences des actes qui ont été posés, en ce qui concerne, aussi bien, les preneurs d’otages, qui ont agi dans une impunité totale», se demande-t-il dans sa lettre. «Avec, même à la clé, le versement d’une rançon».

De ce point de vue, Der se pose la question de savoir si les autorités ont sérieusement mesuré toutes les conséquences que le processus engagé, son déroulement et sa symbolique auront dans le présent et le futur, notamment, sur les activités de déminage. Des activités sans lesquelles, précise-t-il, tout retour à la paix ne serait, en définitive, qu’un leurre. Pour preuve, a-t-il noté, des engins de mort, enfouis dans le sol, exposeront les populations à des violences traumatisantes. Il est temps, selon le Pr Thiam, après trente et un an de conflit, de convoquer une réflexion approfondie sur la Casamance.

Aux fins, dit-il, de définir des options claires et des stratégiques adéquates, les moyens de les mettre en œuvre, en relation avec nos pays voisins, que sont la Gambie, et la Guinée-Bissau, sans oublier la France qui, en abritant des rebelles, dispose de cartes qu’elle peut, à tout moment, utiliser à des fins échappant à notre contrôle.

M. Bâ

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*