Libye : attaque contre le champ pétrolier d’Al-Mabrouk, exploité par Total

Syrte est devenue le fief des milices terroristes
Syrte est devenue le fief des milices terroristes
Syrte est devenue le fief des milices terroristes

Un groupe armé inconnu a attaqué dans la nuit de mardi à mercredi le champs pétrolier d’Al-Mabrouk situé à 100 km de la ville de Syrte. Celui-ci était exploité par le groupe pétrolier français Total et la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC).

Malgré la violence de l’attaque, les employés des deux compagnies pétrolières ont été évacués à temps et sont “sains et saufs”, selon Mohamed al-Herari, porte-parole de la compagnie nationale pétrolière libyenne, la NOC. M. Al-Herari a indiqué toutefois qu’il ignorait s’il y avait eu des victimes parmi les gardes des installations pétrolières, dépendant de l’armée régulière libyenne.

Dans un communiqué en anglais, Total a confirmé l’attaque. La multinationale française souligne que la production sur le site avait déjà été arrêtée en décembre dernier et que tout son personnel avait été retiré de Mabrouk en 2013 en raison de la détérioration des conditions de sécurité. La mort de quatre gardes locaux évoquée par un journaliste en conférence de presse a été confirmée “au conditionnel” par Stephane Le Foll, porte-parole du gouvernement français.

Syrte, point d’ancrage pour groupes radicaux

Syrte, ancien bastion des fidèles de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi dans le centre de la Libye, s’est transformé ces derniers mois en point d’ancrage pour des groupes radicaux comme Ansar Asharia.

Le site d’Al-Mabrouk, à 100 km au sud de la ville de Syrte, est à l’arrêt comme de nombreuses autres installations pétrolière libyennes, en raison notamment du fonctionnement ralenti des terminaux d’exportation. Des affrontements se sont multipliés autour de ces terminaux pétroliers dans l’est du pays, à la suite d’une offensive en décembre des milices de Fajr Libya qui contrôlent la capitale et qui tentent de s’emparer de ces sites stratégiques.

(Avec AFP)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*