Liste des 12 Lionnes pour l’Afrobasket : Moussa Touré reconduit 9 «Maliennes» pour Maputo – Récalée, Awa Guèye : «J’arrête !»

awa-gueye lionne afrobasketLa liste des douze Lionnes devant prendre part à l’Afrobasket féminin qui débute vendredi prochain à Maputo au Mozambique a été dévoilée hier. Fait marquant, l’entraîneur des Lionnes, Moussa Touré, a rappelé neuf joueuses qui étaient de la campagne malienne. A noter que la capitaine, Awa Guèye, a été zappée.

Moussa Touré a composé le 12. Le coach des Lionnes a opté (presque) pour la continuité en reconduisant 9 des joueuses ayant pris part au dernier Afrobasket, à Bamako, au Mali. Il s’agit de Mame Diodio Diouf, Fatou Dieng, la capitaine Aya Traoré, Astou Traoré, Ndèye Diola Ndiaye, Mame Marie Sy, Aminata Nar Diop, Coumba Sarr et Ndèye Sène. A celles-là, il faut ajouter Jeanne Senghor, l’une des anciennes de la Tanière, présente lors de l’Afrobasket 2007 à Dakar et deux novices :

Oumou Kaïry Thiam et Maïmouna Diarra qui pourraient représenter le championnat local. Ancienne pensionnaire du Saint-Louis Basket Club (Slbc), la première évolue depuis l’année dernière aux Etats-Unis, alors que la deuxième est un pur produit local puisque évoluant au Dakar université club (Duc). Un mélange d’anciennes et de jeunes basé sur «la capacité de jeu, l’aspect physique, les aspects technico-tactiques, l’adresse, la complémentarité. C’est tout un ensemble», confie l’entraîneur des Lionnes. Qui ajoute : «Ce sont des joueuses qui sont capables de jouer à deux postes, capables de se battre en défense et qui sont physiquement prêtes.»

Au-delà de ces aspects, l’aspect médical, l’avis des assistants et celui de la direction technique nationale ont également été pris en compte. Un choix qui, de l’avis du coach, n’a pas été facile. «Ça a été difficile à tous les postes. Mais dans une équipe, il faut un amalgame, avec un certain nombre d’intérieurs, d’extérieurs et des polyvalents», note-t-il.

Rama Ndiaye, la recalée de Bamako. Présente à Bamako, Rama Ousmane Ndiaye ne fera pas le déplacement à Maputo. Arrivée tardivement avec une blessure, l’américaine du groupe ne disputera pas sa deuxième campagne africaine avec les Lionnes. Une absence qui s’est dessinée depuis belle lurette. Rama Ndiaye n’ayant visiblement pas été dans les plans du technicien sénégalais. A l’image des autres recalées, elle n’était pas sur la feuille de match lors des deux matchs amicaux face à l’équipe de Nice.

Awa Guèye, la grande absente. Capitaine de l’équipe lors du sacre à Madagascar en 2009, Awa Guèye sera une fois de plus absente d’une campagne africaine. Zappée par Moustapha Gaye lors de l’Afrobasket de Bamako, Awa Guèye, qui a été la dernière à soulever le trophée continental en 2009, vient à nouveau d’être recalée de la liste par Moussa Touré. Une nouvelle désillusion pour l’une des plus anciennes de la Tanière désormais très proche de la retraite internationale. «C’est un peu difficile de parler des absences. Elles sont en ce moment, dans un état difficile. Je préfère ne pas parler d’elles pour le moment», se désole coach Moussa, en précisant : «Qui choisit renonce.»

Toutefois, souligne-t-il, «je compte les appeler quand ce sera le moment pour les encourager. Je n’avais pas trop le temps aujourd’hui (hier). C’est mon assistant qui les a appelées pour les informer.» En effet, pour la composition de la liste, les Lionnes ont été informées via téléphone par l’un des assistants du coach, après avoir été libérées en début d’après-midi. A noter que pour les autres recalées, il s’agit de Sabel Diatta, Fatoumata Diango et de Rama Ousmane Ndiaye.

Ramata Daou en salle d’attente. La liste des douze pourrait être modifiée ou rallongée. Du moins, c’est l’information livrée par le coach sur le cas de la joueuse saint-louisienne, Ramata Daou. «On est en train d’étudier son cas pour voir si on va partir avec 12 ou 13 joueuses. On aura une idée demain (aujourd’hui)», informe Moussa Touré. De nationalité malienne, le pivot du Saint-Louis Basket Club (Sblc) intéresserait le staff technique pour renforcer le secteur intérieur.

Du coup, les fédéraux s’activeraient à sa naturalisation. Seule fausse note, la «Saint-louisienne» n’a pas pris part aux deux derniers matchs de préparation des Lionnes contre l’équipe de Nice. Pire encore, elle n’a rejoint le groupe que depuis une dizaine de jours. Une arrivée qui n’a pas manqué d’installer un climat délétère au sein de la Tanière. Peu importe, semble-t-on dire du côté du staff technique. «Elle a les capacités pour s’intégrer. Mais d’abord, il faut que le problème administratif soit réglé», rassure le coach des Lionnes.

Liste des douze

Mame Diodio Diouf, Fatou Dieng, Aya Traoré, Astou Traoré, Ndèye Diola Ndiaye, Oumou Khaïry Thiam, Aminata Nar Diop, Coumba Sarr, Ndèye Sène, Mame Marie Sy, Maïmouna Diarra, Jeanne Senghor.

REACTION Awa Guèye, recalée de la liste des douze : «Je suis déçue, j’arrête avec la sélection»

Capitaine de l’équipe lors du sacre à Madagascar, Awa Guèye cache mal sa déception de ne pas figurer sur la liste des douze Lionnes retenues hier par l’entraîneur Moussa Touré. Déplorant la manière dont elle a été informée de sa non-sélection, celle qui était là depuis le début de la préparation et qui avoue avoir renoncé à deux mois de salaire par amour pour son pays, a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale et de se consacrer entièrement à son club.

Comment avez-vous accueilli l’info de votre absence de la liste des 12 ?

Je viens d’être informée de ma non-sélection pour la compétition. C’est l’entraîneur adjoint, Ben Dia­gne, qui m’a appelée vers 17 heures pour m’informer. Quand je quittais, ainsi que toutes les filles, on ne savait pas encore. On a quitté entre 13 et 14 heures. Je prends ça avec beaucoup de philosophie. Peut-être c’est la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Je l’accepte. Il y avait un choix à faire. J’ai essayé de donner le meilleur de moi-même durant toute la préparation. J’étais là dès le premier jour. Je ne me suis jamais absentée. Maintenant, je ne suis pas dedans. Je souhaite bonne chance aux filles qui iront représenter le Sénégal à cette campagne.

Etes-vous déçue d’être recalée ?

Je le suis forcément. En même temps, je l’accepte, comme je l’ai dit. Ce n’est pas moi qui confectionne la liste. Il y a une personne qui fait les choix. Maintenant, j’aime le basket. C’est tout ce que je sais faire. C’est une passion pour moi. J’ai beaucoup donné à mon pays. J’ai également beaucoup gagné avec cette équipe. J’ai été capitaine de cette équipe. J’ai réussi à gagner le trophée continental. Ce sont des moments qui resteront gravés dans ma mémoire. Je n’étais pas dans le groupe en 2011 parce qu’il y avait beaucoup de problèmes à l’époque. Cette fois-ci, si je suis revenue, c’est parce que je croyais avoir la confiance du coach (Moussa Touré). Peut-être que je me suis trompée. Voilà, maintenant je remets tout entre les mains de Dieu de m’avoir permis de rentrer chez moi sans la moindre blessure.

Aujourd’hui, qu’est-ce qui vous fait le plus mal ?

Je ne dirais pas que cela m’a fait mal ou pas, mais le fait d’attendre depuis plusieurs jours la liste a été un poids supplémentaire. C’est vrai que  chaque entraîneur à sa façon de faire et de fonctionner. Mais on aurait pu rassembler tout le monde et livrer la liste au lieu d’appeler les gens pour les informer. Ce n’est pas vraiment professionnel. Aujourd’hui, les joueuses qui n’ont pas été sélectionnées auront du mal à revenir. Les gens ne peuvent imaginer ce qu’on endure à l’entraînement. C’est très dur. Cela demande énormément de sacrifices. Personnellement, j’ai renoncé à deux mois de salaire pour répondre à l’appel de mon pays. J’ai perdu des millions de francs Cfa. Je ne vais jamais le regretter parce que j’aime le maillot national. En plus de cela, c’est que j’ai beaucoup d’estime pour le coach que je connais personnellement. C’est pour cela d’ailleurs, que j’étais davantage motivée à l’idée de revenir en sélection… On ne mérite pas d’être informé par téléphone. Il y avait mieux à faire. C’est la première fois que je vois ça depuis que je suis en Equipe nationale.

Votre décision d’arrêter est irrévocable ?

J’avais déjà pris la décision d’arrêter avec la sélection à la suite des problèmes qu’il y a eus en 2011. J’ai accepté de revenir lorsque Moussa Touré m’a appelée. On a longuement discuté et mon souhait c’était d’aider l’équipe à reconquérir le titre. C’était le seul but que j’avais, pas autre chose. Malheureusement, cela ne s’est pas passé comme je l’envisageais. Aujourd’hui, je crois que je vais me consacrer à mon club et tourner la page de l’Equipe nationale. Je disais tout le temps aux filles que ça allait être ma dernière campagne. Aujour­d’hui, il est temps que je me consacre entièrement à ma vie professionnelle et à ma famille.

Vous retournez quand dans votre club ?

Je ne sais pas encore. Le championnat reprend le 12 octobre prochain. Mais avant, j’aimerais rejoindre mon mari que j’ai laissé là-bas depuis un certain moment quand même (rires). J’attends juste mon billet retour auprès de la fédération. J’espère que ça se fera très rapidement.

wdiallo@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*