LOI SUR LE LOYER : Le Gouvernement reconnaît son impuissance

Mahammad Boun Abdalah Dionne Premier ministre
Mahammad Boun Abdalah Dionne Premier ministre
Mahammad Boun Abdalah Dionne Premier ministre

LOI SUR LE LOYER : Le Gouvernement reconnaît son impuissance

Elle a été votée dans un tapage médiatique indescriptible. Présentée comme une des mesures phares du programme du président Macky SAL, la loi 2014-03 du 22 janvier 2014 portant baisse du loyer est tout sauf effective. Le régime éprouvant toutes les peines du monde à l’appliquer. Face aux députés hier, lors du passage du PM à l’Hémicycle, le ministre du Commerce a étalé l’impuissance du gouvernement qui constate comme tous les Sénégalais l’inapplicabilité de ladite loi. «Nous avons vu qu’il y a eu beaucoup plus de mise en congé qu’auparavant. Le juge des loyers a pu constater qu’un certain nombre de bailleurs mettaient en congé des locataires pour des transformations ensuite louer le logement ou la maison en augmentant le prix», a confessé le ministre Alioune SARR.

S’agissant des nombreuses réclamations de locataires désabusés, le responsable de l’AFP renseigne que son département a enregistré 11 000 réclamations dont 94 % ont été traitées de manière positive alors que les associations des consommateurs ont enregistré 6 000 réclamations dont 92 % traitées avec succès. «Nous avons mis en place un comité qui a travaillé sur un atelier d’évaluation. Ce qui nous a permis d’identifier les goulots d’étranglement et les dispositifs qui font que la loi n’a pas été totalement appliquée», a expliqué le ministre Alioune SARR.

Passage du PM à l’Assemblée nationale : l’actualité scénarisée

Le troisième passage du Premier ministre à l’Assemblée nationale comme les deux précédents ne resteront certainement pas dans les annales de l’histoire politique du Sénégal. Cette série de questions-réponses préparées et qui a duré trois heures a été longue et terriblement ennuyeuse. Comme des élèves de CE1, les ministres récitent machinalement leurs réponses préparées et couchées sur papier. Toute la République a été mobilisée pendant toute une journée pour permettre à des ministres de réciter leur leçon.

Le chef du gouvernement et ses ministres qui parlent apparemment d’un autre pays, magnifient la démocratie, au moment où les manifestations de l’opposition sont violemment réprimées par les forces de l’ordre.

En effet, Mahammad Boun Abdalah Dionne, le Premier ministre, voit partout le retour des touristes au Sénégal. «Il arrive de plus en plus de touristes chez nous. On le constate à l’aéroport», dit-il. Alors que beaucoup d’hôtels sont en faillite en raison justement de la rareté des touristes. Mahammad Boun Abdalah Dionne ignore certainement que tous les grands réceptifs hôteliers de la Petite Côte ont mis la clef sous le paillasson depuis belle lurette.

S’agissant de l’affaire Pétro-Tim, lui et Thierno Alassane Sall, son ministre de l’Energie, se font l’avocat du président de la République et de son frère Aliou Sall. Ils affirment que les contrats entre l’Etat du Sénégal et Pétro-Tim ont été signés en janvier 2012, donc, disent-ils, avant l’arrivée de Macky Sall. Mais ils omettent volontairement de dire que ces contrats ont pris effet à partir de la signature des décrets par le chef de l’Etat Macky Sall.

De son côté, le ministre de l’Agriculture Pape Abdoulaye Seck prédit un Sénégal exportateur de riz. Son homologue du Commerce, Alioune Sarr, se félicite de l’application de la loi sur la baisse du loyer. «Ce taux avoisine les 90 %», dit-il sans sourciller.

Diène Farba Sarr, chargé du cadre de vie, parle quant à lui des logements qui poussent comme des champignons en peu partout dans la région de Dakar.

Et pour couronner le tout, l’opposition ou plus précisément le chef de l’opposition à l’Assemblée nationale, Aïda Mbodj est séduite par les mesures sécuritaires prises par le gouvernement dans la lutte contre le terrorisme.

WAlFnet

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*