Lutte contre le terrorisme: Les chefs d’Etat mutualisent leurs efforts

Les présidents Goodluck Jonathan (Nigeria, au centre), Idriss Déby (Tchad, à droite) et Thomas Boni Yayi (Bénin, 2e à gauche) étaient présents mardi à Niamey
Les présidents Goodluck Jonathan (Nigeria, au centre), Idriss Déby (Tchad, à droite) et Thomas Boni Yayi (Bénin, 2e à gauche) étaient présents mardi à Niamey
Les présidents Goodluck Jonathan (Nigeria, au centre), Idriss Déby (Tchad, à droite) et Thomas Boni Yayi (Bénin, 2e à gauche) étaient présents mardi à Niamey

Plusieurs chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest ont réaffirmé leur  engagement pour la lutte contre le crime organisé et contre les forces de la division. Parmi eux, le Nigérien Mahamadou Issoufou.

A Niamey, le Président tchadien Idriss Déby et ses homologues de la sous-région de la Communauté du Bassin du Lac Tchad (CBLT) ont abordé les questions de paix et de sécurité dans cette région en proie à l’insécurité pour cause des actes terroristes de Boko Haram.

Cette réunion s’est déroulée au lendemain du décès de neuf soldats nigériens engagés dans la mission de l’ONU au Mali. Ainsi, Mahamadou Issoufou a indiqué que son pays tout comme le Tchad et la France, a payé un lourd tribut pour son engagement contre les terroristes.

Au cours du sommet, les dirigeants de la région ont réaffirmé leur  engagement pour la lutte contre le crime organisé et contre les forces de la division. Le Président nigérien a, de ce fait, avancé que les organisations terroristes travaillent en parfaite intelligence entre elles, ce qui menace la survie des pays depuis leur accession à l’indépendance.

Relevant que le terrorisme n’ayant pas de frontières, le chef de l’Etat nigérien appelle à une solidarité entre les pays pour un combat non conventionnel contre ce fléau afin d’abréger les souffrances des populations riveraines du Bassin du Lac Tchad.

Le sommet doit permettre de réfléchir sur les mesures adéquates à même d’apporter des réponses aux exactions des groupes terroristes, qui sévissent particulièrement au Nigeria et au Cameroun, Boko Haram notamment et aussi mettre rapidement sur pied la force multinationale de la CBLT.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*