LUTTE Papa Sow sur son contrat avec Gaston Mbengue : «Si je ne trouve pas d’adversaire…»

Papa Sow Lutteur
Papa Sow  Lutteur
Papa Sow Lutteur

Papa Sow révèle qu’il va privilégier le dialogue pour convaincre Gaston Mbengue de le libérer si toutefois ce dernier, avec qui il est lié par un contrat, n’arrive pas à lui trouver un adversaire.  Rencontré vendredi dernier chez lui aux Parcelles Assainies, le lutteur de Fass écarte l’idée d’une opinion selon laquelle sa marge de manœuvre est réduite par le fait qu’il soit ferré  par Gaston Mbengue. Avec 31 combats pour  6 défaites, 1 nul et 24 victoires, Papa Sow dit être toujours prêt à croiser Lac 2, Tapha Tine ou Bombardier, ses trois potentiels adversaires mentionnés dans ledit contrat.

Comment préparez-vous la prochaine saison qui se profile à l’horizon ?

Je m’entraîne au petit trot pour me maintenir en forme. Je me prépare en perspective de la nouvelle saison. Chaque lutteur de notre écurie se prépare de son côté en attendant le début de la préparation collective qui ne va pas tarder.

Quand espérez-vous décrocher un combat ?

J’ai paraphé un contrat avec le promoteur Gaston Mbengue. Les termes du contrat prévoient que je rencontre l’un des trois adversaires qu’il m’a proposés à savoir Lac 2, Tapha Tine et Bombardier. Je reste suspendu à sa volonté. Je suis à l’écoute. Je suis prêt à me mesurer avec n’importe lequel des lutteurs avec qui il va tomber d’accord. Je ne vais pas en dire plus. Gaston Mbengue sait ce qu’il doit faire. On est tombés d’accord. C’est à lui que revient la charge de me dire avec qui je dois lutter. On lui laisse le plein pouvoir d’en décider. Je n’ai pas de choix à faire par rapport à un adversaire. Je vais me plier à la  décision du promoteur. Libre à lui de décider de l’adversaire qu’il voudra que je croise.

Peut-on avancer que la piste de Lac 2 est écartée dans la mesure où il a refusé le cachet de 45 millions proposé par Gaston Mbengue ?

Je ne saurais trop m’avancer par rapport à cette question. Lac 2 a son staff et son entourage. Libre à lui d’accepter ou de rejeter un combat. Je répète que Gaston Mbengue est en train de négocier avec les trois adversaires dont Lac 2. Je suis prêt à m’engager pour un combat face à n’importe quel adversaire qu’on va me proposer. Lac 2 sait ce qu’il vaut. Ce que je pèse en termes de cachet, j’en ai discuté avec Gaston et je suis parvenu à trouver un accord avec lui. Lac 2 est libre de réclamer même 100 millions. Comme moi j’ai le droit de vendre mon produit à 1000 francs (rire).

Que vous inspire l’attitude de Lac 2, qui pourtant dans un premier temps avait refusé de vous rencontrer ?

C’est à lui que revient le droit de répondre à cette question. Je ne saurais dire à quel jeu il joue. S’il a des appréhensions le poussant à faire dans le dilatoire pour donner son accord, seul lui peut donner des éclairages en ce sens. Je n’ai fermé aucune porte. Ce n’est pas à mon niveau que les choses bloquent. Il faut les chercher ailleurs. Je suis preneur de n’importe lequel des trois lutteurs que Gaston Mbengue va dresser sur mon chemin. Je suis mal placé pour dire que fais partie des meilleurs lutteurs. Si je le «Roi des arènes» (Balla Gaye 2)  me tresse des lauriers en disant que personne ne doit refuser mon combat en référence à mon parcours, je ne vais pas perdre mon temps à polémiquer avec les autres. Les journalistes devraient pousser Lac 2 à accepter la réalité que la cour des grands doit être élargie. J’en profite pour féliciter Balla Gaye 2 pour la «Caravane de la paix» qu’il est allé effectuer en Casamance. Ce qu’il a réussi, les ministres ne l’ont pas réussi.

Justement, êtes-vous prêt à accompagner Balla Gaye 2 dans sa «Caravane de la paix» ?

Bien sûr ! Je pense que les lutteurs sont des porteurs de voix. Ils doivent être associés pour la recherche de la paix en Casamance. Je suis prêt à accompagner Balla Gaye 2 en Casa­mance. Je demande à l’Etat d’investir en Casamance pour en faire un pôle de développement économique. Cela va participer à résoudre le conflit en Casamance.

N’y a-t-il pas de risque de voir votre marge de manœuvre réduite en signant avec Gaston Mbengue qui est le seul promoteur qui dispose du droit de vous faire lutter ?

Ça ne va en rien réduire ma marge de manœuvre. Certes, j’ai paraphé avec lui un contrat. J’ai discuté et trouvé un accord avec Gaston Mbengue. C’est un professionnel.  Si on arrive à un moment où il doit me libérer, cela se fera sans anicroche. Je ne dirais pas que c’est un aspect pris en compte par le contrat. Mais si on arrive à ce qu’il ne puisse pas tomber d’accord avec mes potentiels adversaires, je pense qu’on va privilégier le dialogue pour que Gaston Mbengue  me laisse libre pour être engagé par un autre. Parce que je pense que Gaston Mbengue n’a aucun intérêt à me retenir. Laissons-le travailler tranquillement. Il est en train de tout faire pour me dégoter un combat. Je lui laisse avec sa quiétude pour arriver à ses fins.

Donc vous espérez toujours voir Gaston Mbengue vous décrocher un combat ?

Bien sûr ! (il insiste). Un promoteur dont tu as empoché l’avance fera tout pour que tu disposes d’un combat. Maintenant si ça ne marche pas, on va voir. Même si c’est un contrat moral, il faudra faire que même si ça doit être rompu que cela se fasse à l’amiable. Le Sénégal est un pays de dialogue. La lutte constitue une famille. Je prie que Gaston Mbengue décroche mon combat. Même s’il ne le réussit avec les trois adversaires précités, qu’il le fasse avec un autre.

Comptez-vous vous rendre à l’extérieur pour vous préparer ?

On ne sait pas encore quelle orientation donner à la préparation. On ne connaît pas l’adversaire qui va se dresser sur notre chemin. Une fois que l’identité de notre adversaire sera déclinée que la préparation sera élaborée, on va prendre une décision.

Comment est l’ambiance à l’écurie Fass qui est réputée minée par des conflits ?

Les tensions se sont tassées. Je n’en dirais pas plus. Il y avait un petit conflit entretenu par certains et amplifiés par la presse. Mon ambition est de réussir une bonne saison. Afin de réaliser mon rêve : devenir «Roi des arènes».

amadoumbodji@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*