Macky répond à Wade : "Ceux qui prétendent qu'il y a de la corruption dans l'affaire Arcelor Mittal doivent prouver ce qu'ils disent"

7157796-10975818Lors d’une rencontre organisée ce dimanche avec un groupe d’amis journalistes, le Président Macky Sall s’est prononcé sur l’affaire Arcelor Mittal dans laquelle il est accusé par son prédécesseur, Abdoulaye Wade, d’avoir fait perdre 2500 milliards à l’Etat du Sénégal pour des pots-de-vin que lui et son ministre des Mines Aly Ngouille Ndiaye auraient reçu. Voici sa version des faits.

“Arcelor Mittal a obtenu le permis minier du fer de Falémé alors qu’il y avait une compagnie qui était là, qui était titulaire du permis, on a renvoyé la compagnie par des méthodes cavalières pour donner cela à Arcelor Mittal qui, depuis 2008, n’a pas investi. Et, à partir de 2010-2011, le gouvernement d’alors après avoir chassé l’autre compagnie, celle-ci a porté plainte contre le Sénégal devant la Chambre arbitrale de Paris, et le Sénégal a été condamné à payer 75 millions de Dollars (37 milliards de francs Cfa). Ce qu’on a caché aux Sénégalais, c’est que c’est avec l’alternance de 2012, dans les passations de services, que cette information est sortie. Notre pays est condamné à payer plus de 37 milliards de francs Cfa que nous continuons à payer. Il me reste 22 milliards de francs Cfa à la compagnie Kumba ressources. Entre-temps, ce contentieux s’est poursuivi, nous-même avons poursuivi l’action du gouvernement, nous sommes allés avec Arcelor Mittal jusqu’en 2013 où la décision est apparue pour dire que l’Etat du Sénégal a les droits pour retirer les licences à Arcelor Mittal. J’ai annulé la convention de Arcelor et l’Etat a repris la concession de fer. L’Etat a dit, maintenant, nous allons vous attaquer, parce que, pendant 5 ans, vous avez gelé notre gisement sans investissement important. Nous avons engagé une nouvelle procédure de dédommagement. Arcelor a dit d’accord, mais nous, nous pensons que, comme nous avons mis 5 ans pour arriver à cette décision, nous allons encore poursuivre et auparavant, je dois vous dire que lorsque je suis arrivé (au pouvoir), Arcelor a essayé de trouver un arrangement avec le Sénégal pour rester. Ce que nous avons refusé. Nous avons dit : “Vous sortez et si demain vous devez revenir, ça sera dans de nouvelles conditions. Maintenant, sur l’arrangement sollicité, oui, nous sommes ouverts, si vous êtes prêts à donner un dédommagement conséquent. Et nous avons commencé les discussions. Ils ont fait beaucoup de propositions qui ont été rejetées jusqu’au moment où ils sont arrivés à 150 millions de dollars, soit 75 milliards de francs Cfa, nous avons accepté plus de 25 milliards de francs Cfa qui équivalent aux études, ce qui fait un total de 100 milliards de francs Cfa. Sur cette base, nous pourrions accepter d’éteindre ce contentieux, ne pas aller encore au tribunal. Voilà, c’est ce qui s’est passé. Arcelor a eu l’autorisation de son Conseil d’administration et moi, j’ai autorisé au gouvernement d’accepter la transaction et de clore ce dossier. Ceux qui prétendent qu’il y a de la corruption, ils doivent avoir la responsabilité de prouver ce qu’ils disent, autrement, c’est de la diffamation, ils n’ont qu’à prouver à la face du monde qu’il y a de la corruption. Mais insinuer alors que; par leur action, le Sénégal est en train de payer 37 milliards et demi de francs Cfa… Nous avons eu le double et aujourd’hui, nous sommes en train de négocier avec des entreprises pour la relance du fer de la Falémé”.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*