Macky Sall brise le silence et evoque le cas de Alioune Ndao

Macky Sall, en 2011 devant le commissariat de Grand Yoff, appellait à déloger Abdoulaye Wade du palais par tous les moyens.
Procureur spécial près la Crei, Alioune Ndao
Ancien Procureur spécial près la Crei, Alioune Ndao

Invité de l’émission Internationales de Rfi, Tv5 et le journal Le Monde, Macky Sall avoue que le limogeage du procureur Alioune Ndao est lié à la volonté de ce dernier de traduire en justice d’autres personnalités du Pds. Macky Sall reconnaît également, de manière implicite, que le procès de Karim Wade est politique car étant le fils d’un ancien chef d’Etat.

Le président Macky Sall confirme ceux qui disaient que le limogeage, en pleine audience, le 11 novembre dernier, du Procureur spécial près la Crei était lié à la volonté d’Alioune Ndao d’entendre d’autres dignitaires du Pds. «Vous savez, les Procureurs sont des magistrats debout comme on dit dans le jargon. Ils dépendent d’une hiérarchie, c’est différent des magistrats assis qui sont du siège. Le Procureur, lui, dépend du Garde des Sceaux. Par conséquent, pour son choix ou son changement, l’essentiel est qu’il réponde de la procédure notamment de l’avis du Conseil supérieur de la magistrature ce qui a été constant», déclare le chef de l’Etat.

Et à la question de savoir si le limogeage du Procureur Ndao est lié à sa volonté de traduire en justice d’autres personnalités, Macky Sall répond : «C’est possible.» «Ce n’est pas à moi président de la République d’interpréter les divergences entre un procureur de la République et son Garde des Sceaux». Le chef de l’Etat de poursuivre en ces termes : «S’ils ne s’entendent pas, la logique voudrait que le Garde des Sceaux propose un autre Procureur. Ce qui a été fait et j’ai accepté». Faut-il élargir l’enquête à d’autres personnes ? Macky Sall de répondre que  «Tout dépend de l’opportunité».

A la question de savoir comment il pense que le Sénégal qui est déjà suffisamment engagé dans ce procès puisse ouvrir  en même temps vingt dossiers et mettre le gens en prison, le chef de l’Etat se veut prudent : «Je ne le pense pas. Il faudrait procéder par étape parce que d’abord nous n’avons pas tous ces magistrats, nous n’avons pas tous ces enquêteurs et il ne faudrait pas bâcler la procédure judiciaire.» En effet, explique Macky Sall, «on parle de procédé équitable et du principe de la présomption d’innocence donc, on ne peut pas faire la justice dans la précipitation parce que le temps des politiques n’est pas celui du judiciaire, par conséquent, on ne peut pas se lever et dire qu’il faut ouvrir tous les dossiers en même temps et mettre tout le monde en prison, ce n’est pas notre vision».

 Toujours au sujet du procès de Karim Wade, le président de la République d’affirmer que «le Sénégal est un pays avec une justice indépendante. Aujourd’hui ce dossier est pendant devant la justice, vous comprendrez que je ne puisse pas me prononcer sur un procès en cours…La deuxième chose, vous avez dit qu’il n’y a pas de preuves, vous devriez vous rapprocher de ce qui se passe au tribunal, de la partie civile et de la défense pour se faire une idée. Je ne crois pas que simplement pour des raisons politiciennes ou politiques que l’on puisse mettre quelqu’un en prison sans fondement. Je ne le pense pas».

Maintenant, poursuit le chef de l’Etat, «c’est un procès aux relents politiques, je le conçois puisque la personnalité concernée c’est le fils de l’ancien président de la République et ancien ministre d’Etat. Forcément il y a un relent politique. Faites confiance à notre justice qui a fait ses preuves. Ce n’est pas aujourd’hui que, avec ce procès, elle va perdre sa crédibilité».

 Charles Gaïky DIENE

In the Spotlight

Macky Sall, le Gourou de la Mal Gouvernance Familiale, coloniale : ou le Gouverneur-Falsificateur Lave À Grande Eau ses Péchés Originels À Paris et les Dessous contre l’extrémisme Sur Internet. Par Ahmadou Diop.

by Ahmadou Diop in A LA UNE 0

Pour une première fois, le président de la République a choisi d’emprunter le vol régulier d’Air Sénégal pour se rendre à Paris, le mardi 14 mai 2019,  titre  pompeusement  une certaine sarabande moutonnière, empestée, mensongère, [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*