Macky Sall : « le Maatey» de piètre qualité. Par Ahmadou Diop

macky-sall-maatey-pietre qualite« Maatey -«dama liggey, souma nexe ». L’expert du plagiat inégalé, copie textuellement son maître Abdoulaye Wade. De la rupture sobre, vertueuse, transparente et efficiente, en passant par le slogan creux, verbeux, la patrie avant le parti, l’APR, l’agence de proximité de sécurité, jusqu’au virtuel et calamiteux PSE, tout est importé. Pis, l’homme n’a jamais rien obtenu de lui-même, car tout ce qu’il a entre les mains vient de ses amis. Il ne doit sa posture actuelle que grâce à ses postes de nomination Tan Sa Boula Nex, comme tout le reste de la sarabande…

Le récidiviste, affabulateur, multimilliardaire étrange des raccourcis politiques dans des conditions bassement nébuleuses, s’est transformé en affairiste Pétain noir en chair et en os, s’affaiblit piteusement de plus en plus.
Mais faut-il qu’il s’en rende compte de ses simagrées ? Pas si sûr. Plus il en met, plus il s’autorise tout plus par le label de la rhétorique décousue et à l’emporte-pièce se corse, plus il se croit surhumain, invincible et immortel. Le pantin de classe exceptionnelle s’arc-boute lamentablement dans son piedestal nous injurie, frisant la démence : « Maatey -«dama liggey, souma nexe » -campagne-signifie en langage clair je m’en fous éperdument, parce « j’ai bien travaillé », mon œil ! Donc, je peux utiliser les deniers de l’état pour faire ma campagne électorale, comme je le souhaite, comme je le veux ».
L’homme n’est pas à son coup d’essai. Au contraire, il a toujours rempilé. Il a l’habitude. Citons quelques unes plus injurieuses qui témoignent éloquemment son insolence, absolue à répétitions par ses sorties contre le peuple.

« Sur la réduction de son mandat présidentiel sur rfi, il déclare : « ce n’est pas moi qui fais la loi »
Macky Sall sur la réduction du mandat présidentiel: “Personne ne peut me tordre le bras…”
« J’ai décidé de faire deux mandats, personne ne m’a contraint à le dire. D’ailleurs, il est quasiment impossible de me tordre le bras. J’ai agi de mon propre … On ne peut construire le Sénégal avec des paroles »
« La patrie avant le parti »ou la rupture sobre, transparente, efficiente »
« Les polémiques et le politique ne développent le pays »
« Les chapelets ne peuvent développent le pays »
« Les sénégalais n’aiment ni la transparence, ni la rigueur, ni la vérité »
« Les marabouts sont des citoyens ordinaires »

Le personnage curieux, atypique, nègre de services, tempéte toujours, chaque fois il a l’occasion, s’offre à lui, n’aime que lui-même, ne pense qu’à lui-même, réduit tout à lui par son surmoi démesuré. L’individu ne change pas, ne changera jamais et ne risque pas de l’être.

L’éternel maître, qui n’a que des insanités à la bouche, est-il bien placé pour oser nous donner des leçons de moralité, pour s’être enrichi bassement plus que tout par les racourcis politiques ?
Le successeur d’Abdoulaye Wade qualifiait hier son pouvoir de gaspillages, d’investissements qui n’ont aucune emprise avec la réalité ou d’utilité, en tout cas pour l’économie ou le développement de notre pays. Pourtant, le pourfendeur a été un acteur principal dans le gouvernement qu’il critique, après sa défenestration.
Alors, Aujourd’hui, qu’en –t-il avec Nafi Ngom KEITA ?
« Si je suis élu, je vais consolider la démocratie »
Nous voulons aller dans une nouvelle République où les institutions seront restaurées et respectées, rajouta-t-il, plus loin.
L’étrange démocrate s’est totalement dédit sur toute sur toute la ligne. Nous en avons les preuves avec la parodie référendaire.
Macky Sall doit s’appliquer à lui-même la déontologie qu’il donne aux autres.
L’inimitable corrompu, corrupteur, affairiste, nègre de services, n’est là que pour s’enrichir, mentir, tromper et confisquer la démocratie et couvrir ses innombrables forfaits qui ne se comptent plus
Aliou Sall et Mansour Faye, les deux compères, unifiés de la république des incultes et le culte de la médiocrité, bénéficient, incontestablement des largesses incommensurables de la démocratie parentale, alors que sans les faveurs du promoteur, endurci, du népotisme émergent, ils n’auraient aucune désignation sociale, encore moins d’être nommés dans des postes  de haute   responsabilité, totalement disproportionnelle face  à leurs capacités intellectuelles. Ils le savent eux-mêmes.
Et Les rapports de la Cour des comptes, décriés et l’OFNAC nous renseignent sur une gouvernance parentale de corruptions massives, mettant au pilori lamine jacpote, entre autres, Petro-Tim Sénégal, Arcelor Mittal Bictogo- 12 milliards BDK, Protocole de Doha etc…), auquels s’ajoutent, décidément les 33 milliards, supplémentaires, torrentiels, parmi des rivières en crue, qu’aurait reçus  Macky de la part du Maroc ?
En vérité, il s’agit ni plus ni moins que d’un spectacle permanent, sans fin d’une gouvernance calamiteuse qui brille par son entorse contre la démocratie, sévit malheureusement, depuis le regrettable soir du 25 mars 2012.
Aux yeux de l’agitateur, chapardeur, venu par effraction au pouvoir à cause des esclandres de ses milliards F CFA, sortis de terre on ne sait où et comment ?
.C’est ça l’attitude scandaleuse d’un nihiliste, négationniste pathologiquement atteint d’épilepsie, ne voit pas plus loin que le bout de son nez.
Il doit savoir que tout ce qu’il dit du matin au soir, sera analysé, décrypté rigoureusement de fond en comble ; jusqu’aux moindres détails, ni complaisance .Nous ne sommes ni des gueux, ni des moins que rien. Car a tortuosité est l’arme des faibles et des traitres, n’est-pas ?

Le «maatey» de Macky Sall : inauguration artificielle, farfelue, factice de la grandiloquence en grande pompe à tout vent et à tambour battant d’un tissuthèque de mensonges, compilés les uns après les autres, sur de fond de rapines politiques, le tout sur d’un écran de fumée. C’est la résultante d’enfumage classique, trompe-l’œil, de la machine propagandiste des méthodes fascistes, pimentées, sans modération, aucune, ni humilité, tant soi peu –évidement l’excès de zèle traduit en filigrane des insuffisances monstrueuses, comme il  en existe en Afrique des déculottés- « léguétou kessé naxout ay bey ».

Le  « Maatey » de macky Sall est-il synonyme d’impuissance, un aveu de taille ou de lâcheté ? Tout y est. Tout se tient. Car après les insultes de Moustapha Niasse : « aucun salopard, aucun imbécile ne pourra me séparer avec Macky Sall ». Ce dernier lui emboîte donc le pas, pour l’égaler. Tous ceux qui se ressemblent, s’assemblent, n’est-ce pas ? C’est la règle naturelle.
Avons-nous affaire à un monstre démoniaque ou d’un détraqué, attardé, ragaillardi par l’ivresse et l’euphorie le rendent fou, amnésique, au point qu’il est oublieux ?
L’’homme perd peu à peu ses repères et son raison d’être, qui nous nargue, tente de compenser maladroitement de façon manifeste  son incurie décapante, brille par ses sorties légères.
Cela nous renseigne éloquemment sur un illuminé, intolérant, n’était pas bien préparé pour occuper le poste de président de la république, mais cela corrobore qu’il est venu au pouvoir par effraction à cause des milliards qu’il bien volés dans la poche du contribuable sénégalais, dévalisé, astiqué, criblé d’impôts et de taxes de toutes sortes par son incapacité notoire, atavique, face aux urgences absolues, criardes, lesquelles, naturellement il n’a rien à cirer ? Ce qui l’intéresse, c’est son surmoi, comme tout dictateur.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*